Décryptage du courrier de M.TERNER*

*envoyé dans les webmails PNC le 14 mars

1- Nous sommes d’abord étonnés de la publication de cette réponse à une lettre initialement adressée à Monsieur Janaillac qui exposait nos craintes pour les PNC avec cette proposition d’accord qui n’est que la préparation de nos funérailles.

2- Monsieur TERNER prétend qu’il n’a pas réussi à nous rassurer sur le risque de BOOST qui dégradera, in fine (au mieux dans 4 ans), nos conditions de travail et de rémunération. Il prétend qu’au contraire c’est une protection… Alors pourquoi refuser de signer un nouvel ACG à durée indéterminée qui, de l’aveu des DRH, est plus compliqué à faire tomber ? C’est bien que la perspective que les PNC soient de nouveau  à poil dans 4 ans sera de nouveau l’occasion d’exiger d’autres sacrifices, cautionnés par un syndicat partenaire.

 

3- Monsieur TERNER propose de rouvrir les négociations. Nous sommes étonnés de cet axe de communication, qui consiste à dire que les négos sont terminées et que nous n’avons pas participé à la fin de la négo. Seule l’UNAC a fini les négos en proposant un accord dégradé alors que l’entreprise va déjà faire plus de 60 millions d’économies sur les PNC avec le projet BOOST. C’est double peine pour les PNC ! Privés des bénéfices des efforts réalisés dans Transform, l’UNAC négocie en plus un cercueil en sapin que les PNC  vont pouvoir customiser pendant 4 ans… L’Intersyndicale PNC n’avait pas mandat pour négocier les poignées en bronze du cercueil, d’autant que toutes nos mesures protectrices ont été systématiquement écartées. Mais, ceci dit, nous reconnaissons que laisser l’UNAC seule avec la Direction…

 

4- M.TERNER propose une réouverture des négociations, à moins d’être complètement idiots, nous pensions que toutes les réunions que nous avons eues avec la Direction Générale avaient un autre objet que de prendre le thé… De plus, ces négociations concerneraient un renforcement des garanties de BOOST.

Monsieur TERNER n’a pas dû lire la lettre adressée à Monsieur JANAILLAC. En plus des garanties sur BOOST, nous demandons aussi et surtout des garanties pour les PNC Air France qui, dans 4 ans seront concurrencés de manière frontale par les PNC de BOOST ! Si on nous refuse un accord indéterminé c’est bien que la Direction a pour but de nous faire repasser à la casserole dans 4 ans ! Qui peut croire qu’un accord de périmètre PNC va contraindre le développement de l’entreprise ou limiter l’activité des PNT et leurs primes de surintéressement ??? C’est de la science-fiction ou du bidonnage…

 

5- OUI, l’Intersyndicale PNC exige un ACG de très longue durée, 10 ans à durée déterminée, ou un ACG à durée indéterminée car un accord de périmètre BOOST seul et même une garantie de non porosité entre les 2 compagnies n’empêcheront pas une dégradation des conditions de travail en interne à Air France et une exigence de baisse de rémunération.

Nous sommes les seuls salariés de l’entreprise à ne pas avoir d’accord à durée indéterminée et à se retrouver régulièrement à poil. Dans ce nouveau  contexte de filialisation de notre activité, du jamais vu à Air France, c’est une aberration totale.

 

6- M.TERNER prétend que l’accord de l’UNAC est un accord équilibré, ce n’est pas notre avis, car cet accord exige des PNC des efforts plus conséquents que ceux de Transform (ex : 5 rotations « adaptées » en plus des dérogatoires, tableau d’abattement très défavorable, déplafonnement à 85h, dégradation de la compo-peq , etc…).

C’est en fait Perform 2020 appliqué dans ce nouvel ACG. Quant aux soi-disant  propositions de l’IS qui aurait été reprises, on ne voit pas où... Ah si… Celles qui ont été reprises étaient des propositions alternatives visant à ne pas faire BOOST en externe (gel des échelons en début de carrière et projet de mixité MC et LC). L’Entreprise veut les intégrer maintenant  au nouvel ACG avec BOOST en plus…. c’est donc double peine !!!

 

Si Messieurs TERNER et JANAILLAC n’ont pas de mauvaises intentions pour le futur des PNC AF,

il faut alors qu’ils sortent de leur posture avant que les dégâts dans l’Entreprise soient irréversibles.

 

PLUS QUE JAMAIS PRÉAVIS MAINTENU

PNC EN GRÈVE 18-19-20 MARS

Fichier attachéTaille
PDF icon 2865-13-17isdecryptagelettreterner-v6pddf.pdf1.26 Mo