Covid-19 : Eurecca interpelle l'EASA

En cette période critique, EurECCA appelle l'AESA (European Union Aviation Safety Agency) à soutenir des mesures de santé et de sécurité pour éviter une recrudescence du COVID-19 dans le secteur de l'aviation civile. EurECCA demande à toutes les autorités de l'Aviation civile de s'assurer que des mesures de santé et de sécurité sanitaire de base soient prises, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Dans ce but, EurECCA a adressé ce courrier à Mr Patrick Ky, Directeur Exécutif de l’EASA, European Union Aviation Safety Agency, l’équivalent de notre DGAC au niveau européen.

 

Cher M. Ky, 

 

Au nom des 33 000 membres d'équipage de cabine européens, représentés par EurECCA, nous vous contactons pour vous demander votre aide pour faire face à la situation honteuse et inacceptable à laquelle le secteur de l'aviation est actuellement confronté à la lumière de la crise des coronavirus. En cette période critique, nous devrions tous faire ce que nous pouvons pour éviter une recrudescence du COVID-19 dans le secteur de l'aviation civile, et nous vous demandons d'obliger toutes les autorités de l'aviation civile à veiller à ce que toutes les compagnies aériennes appliquent AU MOINS des mesures sanitaires minimales, ce qui n'est pas le cas actuellement. 

 

Dans certains aéroports, la distance sociale n'est pas respectée à l’enregistrement, ni dans les zones d'embarquement exiguës, et il n'y a pas de contrôle de la température des passagers. Ce sont des mesures très, très basiques que de nombreux pays ont prises depuis le début de la pandémie, celles que les responsables gouvernementaux, les médias et, en fait, le monde sont conscients qu’il faut prendre. Au cours du mois de mars, des milliers de citoyens européens ont été rapatriés et autorisés à rentrer chez eux. Ils sont montés à bord d'avions et ont voyagé sans aucune mesure préventive et sont entrés en contact avec du personnel de cabine travaillant à bord sans aucun moyen de protection, qui sont ainsi devenus des vecteurs de propagation du virus dans le monde. 

 

De nombreux pays ne disposent pas de l'infrastructure nécessaire pour contrôler facilement la maladie et peuvent donc être considérés comme des pays à risque. Nous sommes conscients et préoccupés par le fait que certaines compagnies aériennes mettent déjà des billets en vente fin mai. Cela est extrêmement préoccupant car certaines autorités de l'aviation civile ne prennent même pas la moindre mesure pour contrôler les passagers, ce qui présente un risque élevé de recrudescence des cas de COVID-19. Quelles conséquences cela aurait-il ? Un nouvel isolement pour les citoyens européens ?

 

Nous EurECCA, voulons jouer notre rôle dans la préparation responsable autant que possible des futurs événements COVID-19. Pour éviter tout risque, EurECCA demande aux compagnies aériennes de tester leurs équipages, afin de s'assurer que les travailleurs à bord d'un avion ne deviennent pas des vecteurs de propagation de la maladie. Certains pays, comme l'Allemagne et le Royaume-Uni, envisagent déjà la possibilité de créer un passeport de santé pour contrôler la pandémie. Nous savons que certaines compagnies aériennes ont essayé de tester leurs employés par le biais du ministère de la Santé et n'ont pas été autorisées à le faire. C'est pourquoi nous nous tournons vers vous. 

 

S'il vous plaît, faisons les choses correctement pour une fois ! Nous avons une opportunité et une responsabilité sans précédent pour arrêter la propagation de ce virus mortel. Pour aider à contrôler cette pandémie, nous demandons à l'AESA d'imposer le dépistage aux personnes susceptibles d'être en contact direct avec les personnes infectées et celles qui se rendent dans les pays à risque.  

 

Dans cette attente, nous restons à votre disposition. 

 

Au nom du conseil d'administration d'EurECCA, 

Xavier Gautier 

Secrétaire général

 


 

Source EurECCA :

https://eurecca.eu/post/covid-19-health-and-safety-measures

EurECCA (European Cabin Crew Association) est composée de 9 syndicats d'équipage de cabine européens, représente plus de 35 000 adhérents, dont les adhérents du SNPNC.