International-EurECCA

Devant la presse française, le directeur général de Turkish Airlines a dévoilé ses objectifs de croissance à 2023. Selon lui, la compagnie aura doublé de taille à cet horizon en transportera 120 millions de passagers.

En dix ans seulement, Emirates, Qatar Airways et Etihad ont connu un essor fulgurant. Accusées d’avoir reçu des subventions illégales, les « gulfies » suscitent aujourd’hui une levée de boucliers au quatre coins du monde. Au point de remettre en cause le principe du « ciel ouvert ».

Aujourd'hui, les États du Golfe ont pris le contrôle sur des compagnies aériennes européennes afin de consolider leur suprématie croissante dans le transport aérien mondial. Qatar Airways est l'actionnaire le plus important du groupe IAG (British Airways, Iberia et Vueling) avec seulement 9,99% du capital, Etihad est le plus gros actionnaire d'Air Berlin (29%) et Alitalia (49%). 

Surprenante, cette info émanant de l’ELFAA (European Low Fares Airline Association) : l’Association des compagnies low cost annonce compter désormais dans ses rangs le mastodonte IAG. L’adhésion de British Airways, Iberia et Iberia Express est à effet immédiat. Ah bon, British est une low cost ?

Les compagnies du Golfe créent la zizanie au sein des compagnies classiques européennes. Alors qu'Air France-KLM et Lufthansa poussent depuis des mois Bruxelles à agir contre les distorsions de concurrence dans le transport aérien, en visant en particulier les aides que reçoivent les compagnies du Golfe, Emirates, Etihad et Qatar Airways, de leur Etat actionnaire, IAG, la maison-mère de British Airways, Iberia et Vueling, se désolidarise de cette position.

La compagnie aérienne Air Berlin a suivi l’exemple de British Airways, Iberia et Vueling en quittant l’AEA (Association of European Airlines), pour protester contre la gestion par le lobby européen du « conflit » avec les transporteurs du Golfe persique. Et Alitalia « réfléchit » à sa position.

Time and again incidents called « fume events » occur on passenger aircrafts in which toxic substances enter the cabin. These events are caused by technical errors (often in moments of full power i.e. in the process of taking off and landing as well as during « load changes » of the engines. Under certain circumstances, these incidents are accompanied by odors which are, however, often not noticeable. Regarding the resulting damage to human health, acute symptoms and chronic symptoms have to be differentiated. An increasing number of crew members has complained about health issues following the incidents mentioned above. Additionally, several affected employees were able to furnish proof for long term health damage caused by intoxications on board during « fume events ». 

Le trafic aérien mondial devrait augmenter au rythme de 5 % par an ces 20 prochaines années, selon Boeing. Pour l'Europe, le constructeur américain s'appuie sur l'analyse des tendances pour prévoir une croissance annuelle de 3,5 %.

Les compagnies aériennes européennes devraient cependant se renforcer dans les années à venir. Le nombre de compagnies est toujours plutôt élevé comparé aux États-Unis, par exemple. Ce renforcement sera probablement stimulée davantage par la concurrence féroce des transporteurs « low-cost » et des compagnies du Moyen-Orient. 

Les ministres des transports français et allemand ont appelé l’Union Européenne à lancer de nouvelles négociations sur les droits de trafic accordés aux pays du Golfe, dont ils accusent les compagnies aériennes de concurrence déloyale.

Certaines compagnies aériennes européennes embauchent des PNC et des pilotes avec des contrats « zéro-heure », « payés au vol ». Des pratiques inacceptables qui menacent la sécurité des passagers, les acquis sociaux et favorisent la concurrence déloyale. Nul doute que ces pratiques déloyales affecteront nos futures conditions de travail.