Intersyndicale

L’Intersyndicale, réunie le mercredi 9 décembre 2015, fait le constat que la direction de l’entreprise reste déterminée à détruire nos emplois. Quel que soit à présent le plan proposé (A, B, A+, on ne sait plus très bien), il vise à réduire l’activité Air France et entrainera des milliers de suppressions d’emplois. La seule alternative proposée est un chantage vers plus de licenciements : soit les syndicats signent pour dégrader une nouvelle fois les conditions de travail, soit l’entreprise licencie encore plus.

L’INTERSYNDICALE PNC, ne peut envisager de reprendre des discussions avec une équipe dirigeante incapable de prendre du recul et qui continue d’instaurer un climat délétère dans l’Entreprise. Afin de sortir de cette impasse, le SNPNC et l’UNSA PNC retourneront à la table des négociations dés lors que Monsieur GATEAU aura pris ses fonctions avec la promesse d’un changement de nos interlocuteurs, proposition qui nous a été faite par le PDG Juniac en personne.

Le 02 Décembre 2015, nos collègues abusivement poursuivis en Justice comparaîtront devant le Tribunal de Bobigny suite à la mobilisation au CCE du 05 Octobre.Ces salariés d’Air France sont les victimes de la politique antisociale de nos dirigeants qui se servent de cet évènement pour criminaliser toute contestation dans notre entreprise.
Vous savez que nous avons visionné toutes les vidéos « à charge » et au vu de celles-ci nous pouvons affirmer que ces collègues ont été choisis au hasard parmi les manifestants. Soyons conscients que beaucoup d’entre nous aurait ainsi pu se retrouver assis sur le banc arbitraire des accusés.

Le syndicat UFO représentant les hôtesses de l'air et les stewards de Lufthansa renonce finalement à mener une nouvelle grève jeudi et vendredi, selon le syndicat et la direction de la compagnie aérienne mercredi."La grève annoncée est annulée et UFO participera à un 'sommet de l'emploi'" organisé par la compagnie le 2 décembre, indique UFO sur son site internet. Lufthansa précise de son côté que le syndicat renonce à toute autre grève au moins jusqu'à cette date.

Monsieur le Président de la République. Aujourd’hui, si nous prenons la liberté de nous adresser à vous, c’est que nous considérons que la société Air France n’a pas mis en place les ressources nécessaires pour assurer le niveau de sûreté et de sécurité requis par cette situation exceptionnelle notamment lorsque les Personnels Navigants séjournent dans des escales réputées sensibles.

Dear friends, Dear colleagues,

Last Friday we have all been attacked barbarously. The murderous and utterly inhumane attack on our French brothers and sisters in Paris is a push towards the European heart. In our hearts and in our minds we from EurECCA show today our solidarity with our friends in France. We say: you are not alone in this difficult hour.
The Europe family that we are stands united in grief at your side.

Devant le déferlement de violence auquel nous avons assisté le 13 novembre à Paris et Saint Denis, l’Intersyndicale Air France se joint à la peine des familles et des proches des victimes. Dans ces moments tragiques, une pause est nécessaire pour que les salariés citoyens que nous sommes toutes et tous, réfléchissent collectivement à la situation au lendemain des attentats.

Grâce à la mobilisation exceptionnelle des salariés les 5 et 22 octobre 2015, l’Intersyndicale d’Air France a été auditionnée à l’Assemblée Nationale, le 4 novembre, par les députés des Commissions des Affaires économiques et sociales et du développement durable. Vous pouvez également visionner l’intégralité des interventions sur le lien: http://www.lcp.fr/emissions/travaux-assemblee-14e-legislature/vod/176276-audition-de-l-intersyndicale-d-air-france

Personne n’ignore que des entretiens préalables se sont déroulés pour des salariés du sol ainsi que des pilotes ces derniers jours au sein de l’entreprise. Certains pensent que les salariés mis en cause ont agressé les deux cadres dirigeants le 5 octobre dernier, ou bien se sont fait complices de l'entrée (tout à fait autorisée par ailleurs !) de salariés au Siège. Suite à une grosse pression mise par Matignon, et grâce aux images qui ont fait le tour du monde, la direction veut en faire des exemples pour que l’ensemble des salariés d’Air France associent mouvement social et violences et ne se mobilisent plus pour défendre leur avenir et celui d’Air France.

L’intersyndicale, aujourd’hui réunie, a pris acte des premières lettres de licenciements de nos collègues du sol. Nous vous l’avons expliqué, il n’y a rien dans les dossiers “d’accusation” qui justifie de près ou de loin ces décisions, et ce avant même que les faits soient officiellement établis par la justice.