Avec Joon Air France devient Air Rance

La naissance et l’existence de JOON ne se feront que dans la douleur. Nos dirigeants actuels ont sacrifié  puis humilié  les PNC d’Air France dans leur profession en créant cette Compagnie validant ainsi un projet d’Entreprise qui exclue notre corporation.

DES PNC JOON AUX MINIMA LEGAUX

Les PNC JOON quant à eux,  seront utilisés aux conditions des FTL européennes. Sur le LC, le « 3ON » sera généralisé, toutes destinations confondues, sur MC, les PNC enchaîneront les TSV de 12h00 jour après jour.

Comme annoncé en session du C.E, les prestations PNC à bord seront différentes de celles des pilotes AF. Les PNC grignoteront leurs chips tout en apportant le foie gras « devant ». L’hébergement sera dissocié de celui des PNT et donc forcément dégradé. Ils réaliseront également une partie du ménage à bord. (Vous avez dit laboratoire ?  La Direction ne s’est jamais cachée de vouloir importer chez AF les bonnes idées « joonesques »). C’est un CDI de pacotille qui leur est promis. Et même à l’heure où le CDI devient rare, celui signé chez  JOON sera le symbole du Turn-over à la Française.

La négation par la Direction d’AF d’un statut PNC jusqu’ici respectable et respecté va jusqu’à refuser au personnel de cabine JOON un uniforme digne de ce nom. En effet l’uniforme qui positionne un équipage dans sa fonction de sécurité et de sauvetage est troqué chez JOON contre polos, blousons et baskets. Une tenue « à fond la forme » qui en dit long sur la considération que les dirigeants d’Air France ont pour leurs PNC de manière générale.

OBSOLESCENCE PROGRAMÉE DES PNC AF

Pour financer cette Compagnie tant destructrice socialement que scabreuse économiquement, AF retardera ses propres investissements pénalisant sa modernisation. Les PNC AF créeront de la richesse pour permettre de creuser leur tombe professionnelle.

Chez D’JEUNZ, enfin JOON, les offres innovantes de divertissement à bord, chez AF les resets vidéo. Chez JOON les prises USB, chez AF les sièges inops. Chez JOON la mise en avant sur les réseaux sociaux à grand renfort de marketing 2.0 et chez AF les irritants que le PNC de la «grande sœur» fait passer grâce à son professionnalisme toujours tenace. Chez JOON les recrutements de jeunes PNC et chez AF la fermeture des vannes, refusant ainsi de rajeunir notre population et de réduire le coût à l’heure de vol.

DES FRACTURES AU SEIN AIR FRANCE

Bien que L’Intersyndicale SNPNC-UNSA PNC n’ait eu de cesse de s’opposer au piétinement de notre métier par ce « projet BOOST » devenu entre temps « JOON also a Company», il se dessine plusieurs fractures nettes et irréparables au sein de notre Compagnie :

Entre les PNC AF et les Pilotes AF dans le cadre de la mission. Un réel danger sur le CRM, la synergie équipage et la sécurité des vols déjà palpable, que la Direction actuelle d’AF choisit d’ignorer et à l’inverse encourage.

Entre les PNC AF et la Direction. Un véritable syndrome « de cour de Versailles » gagne cette équipe de dirigeants survoltés par cet objectif de pulvériser l’image et  la fonction de « PNC AF », mais qui, pour faire bien, pond un « I LOVE MY FLIGHT » sur un 4 ON HAV avec un CAD PNC en sup de PEQ, histoire de faire comme-si la qualité de service de la maison mère intéressait encore quelqu’un d’autre que nous, PNC.

Entre les PNC AF et les passagers. La communication très « parisienne » de l’arrivée de JOON va inévitablement semer le doute sur les liens entre les 2 compagnies, entre ce qui se fait sur l’une et pas sur l’autre. AF va donc utiliser cela pour créer une concurrence-produit interne, sorte de course à l’échalote de l’innovation « grand genre, petits moyens ». Les Cadres PNC AF, grands « gourous» du produit, inventeront pour nous et nos clients, des services mi usines à gaz, mi ni fait ni à faire. Ainsi la captation des « millenials », terme branchouille pour une clientèle éphémère, sert de prétexte à l’extinction programmée du PNC AF en 2022.

Depuis le début L’INTERSYNDICALE PNC est totalement hostile à JOON, et à tout ce que cette structure représente : cynisme, casse sociale, négation de la profession de PNC en tant que telle, ambiguïté marketing autour du low cost vis à vis des clients.

Compte tenu de la gravité de la situation et des risques

qui pèsent sur les PNC, L’INTERSYNDICALE PNC

examine tous les recours juridiques

et prendra toutes les dispositions permettant de

garantir l’avenir des PNC d’Air France

Fichier attachéTaille
PDF icon 2960-airrancev5.pdf493.15 Ko