International-EurECCA

Le paquet Aviation Civile mis en place par la Commission Européenne définira les grandes orientations politiques des prochains mois. EurECCA a donc insisté sur la préservation des emplois PNC au sein de l'Union Européenne ainsi que l'amélioration de nos conditions de travail.

En octobre, Emirates va ouvrir la ligne Milan-New-York en Boeing 777 en provenance de Dubai. Il s'agit d'un droit dit de "cinquième liberté". La compagnie étudie de nouvelles opportunités en Europe. La compagnie dispose en effet de tels droits en Grande-Bretagne, en Scandinavie, au Benelux et "potentiellement en Allemagne". Les routes Europe-Amérique du Nord sont, pour les compagnies européennes, le seul axe « origine-destination » à forts flux de trafic sur lequel Emirates est mal positionné en raison de l'éloignement du hub de Dubai.

Le transport aérien est régi par neuf libertés de l'air, lesquelles donnent toute la palette de ce qui tout ce qui est possible sur le plan technique et commercial pour les compagnies aériennes.

EurECCA fait partie du groupe de travail européen sur la qualité de l'air en cabine. A ce titre, elle soutient une position qui prenne en compte:
. Le principe de précaution;

· L'évaluation des risques d'exposition aux produits chimiques;
· Des moyens pour déterminer s'il existe la preuve d'une relation causale entre l'exposition et certaines maladies développées chez le PNC;
· Des stratégies visant à prévenir l'exposition à des agents chimiques.

Après British Airways, Iberia, Air Berlin, c'est Alitalia qui a quitté l'association des compagnies aériennes européennes (AEA) pour protester contre l'attitude de certains membres de l'AEA à l'égard des compagnies du Golfe. Toutes les transporteurs qui ont quitté l'AEA sont partenaires des compagnies du Golfe.

L'essor phénoménal d'Emirates, Etihad et Qatar Airways chamboule les grands principes qui structuraient ce secteur depuis 15 ans. Le Yalta du transport aérien passera-t-il par le Golfe? 

Devant la presse française, le directeur général de Turkish Airlines a dévoilé ses objectifs de croissance à 2023. Selon lui, la compagnie aura doublé de taille à cet horizon en transportera 120 millions de passagers.

En dix ans seulement, Emirates, Qatar Airways et Etihad ont connu un essor fulgurant. Accusées d’avoir reçu des subventions illégales, les « gulfies » suscitent aujourd’hui une levée de boucliers au quatre coins du monde. Au point de remettre en cause le principe du « ciel ouvert ».

Aujourd'hui, les États du Golfe ont pris le contrôle sur des compagnies aériennes européennes afin de consolider leur suprématie croissante dans le transport aérien mondial. Qatar Airways est l'actionnaire le plus important du groupe IAG (British Airways, Iberia et Vueling) avec seulement 9,99% du capital, Etihad est le plus gros actionnaire d'Air Berlin (29%) et Alitalia (49%). 

Surprenante, cette info émanant de l’ELFAA (European Low Fares Airline Association) : l’Association des compagnies low cost annonce compter désormais dans ses rangs le mastodonte IAG. L’adhésion de British Airways, Iberia et Iberia Express est à effet immédiat. Ah bon, British est une low cost ?