Actualité de votre compagnie

Restez informés

Aigle Azur repousse l’ouverture de sa ligne Paris-Bagdad

460-cover-bagdad_2

La compagnie française, qui avait inauguré le 31 octobre dernier la première ligne directe Paris-Bagdad depuis 1990, a dû repousser sine die son exploitation régulière, prévue à l'origine pour commencer courant janvier.

La compagnie française, qui avait inauguré le 31 octobre dernier la première ligne directe Paris-Bagdad depuis 1990, a dû repousser sine die son exploitation régulière, prévue à l'origine pour commencer courant janvier.

LA compagnie française, qui avait inauguré le 31 octobre dernier la première ligne directe Paris-Bagdad depuis 1990, a dû repousser sine die son exploitation régulière, prévue à l'origine pour commencer courant janvier.
Les autorités irakiennes n'ont en effet pas délivré les dernières autorisations officielles. Le pays n'a de gouvernement que depuis le 21 décembre dernier, neuf mois après les élections législatives. Sur le site de la compagnie, il n'est plus possible de réserver pour Bagdad. Celle-ci, qui a fait face à de très nombreuses demandes, en particulier de la part des entreprises participant à la reconstruction de l'Irak, reste optimiste sur ses chances d'ouvrir la ligne un jour.

Source : Challenges.fr – Vincent Lamigeon et Anna Rousseau – 14 janvier 2011


Aigle Azur : Paris-Bagdad, une hôtesse témoigne

Samedi 30 octobre une ligne aérienne Paris-Bagdad a été ouverte par la compagnie Aigle Azur 20 ans après le dernier vol. L'hôtesse de l'air Ana S. s'est portée volontaire pour travailler sur cette ligne «un projet très prometteur économiquement». Inerview : 

As-tu entendu parlé de l'ouverture de la ligne Paris-Bagdad ?

En fait j’étais déjà au courant du projet avant de passer les sélections pour la compagnie. Il s’agit d’un grand pas en avant et forcement beaucoup de monde en a entendu parler. Cela fait quand même 20 ans qu’il n’y a pas eu de ligne Paris-Bagdad. Aigle Azur a déjà ouvert une ligne Paris Alger il y a 10 ans après de nombreuses années de blackout sur cette destination et alors qu’Air France ne voulait évidemment plus la couvrir… Donc encore une fois ils frappent fort…

Quelles sont les réaction au sein de la compagnie ?

On en parle énormément. Le personnel navigant d’Aigle Azur a assez peur. Car effectivement l’Irak n’est pas un pays où les conditions de sécurité sont très fortes, et les risques demeurent. Néanmoins il y a un encadrement qui existe et une sécurité qui se met en place pour les étrangers qui souhaitent investir et travailler la-bas. Donc personnellement je pense qu’il y a pas de danger.

Pourquoi le personnel at-il peur ? Vont-ils rester sur place après les vols ?

Théoriquement sur ce genre de courrier on fait l’aller-retour mais il y a toujours des impondérables: une pièce défectueuse, un problème de météo, ce genre de choses qui font qu’un avion peut rester bloqué plusieurs heures dans un aéroport. Dans ce cas il faut loger le personnel de manière sécurisée. Et c’est là où ca coince car ils n’ont pas la certitude de nous loger dans un endroit hyper sur.
En plus, de l’aéroport au centre de Bagdad il faut évaluer la route car il faut circuler entre des véhicules blindés. Dans la ville les hôtels internationaux sont la cible des tentatives d’enlèvements et d’attentats. C’est clairement indiqué sur le site du quai d’Orsay. Donc il y a effectivement des risques si l’on doit rester sur place !

C'est pour ça qu'Air France et les autres compagnies

Oui elles sont frileuses… mais l’ouverture de la ligne Paris-Bagad ligne se fait tout de même en partenariat avec Air France. Elle participe au projet et elle est présente dans le processus mais effectivement elle n’envoie pas son personnel.  Je pense qu’à terme Air France va essayer de récupérer les choses car c’est un projet très prometteur économiquement. La clientèle sera essentiellement composées d’hommes d’affaire et la ligne devrait donc être très rentable. La ligne Paris-Alger est devenue l’une de nos lignes les plus rentable et fréquentée …

D'où ce premier vol avec la secrétaire d'Etat au commerce extérieur, Anne-Marie Idrac ?

Oui, elle était accompagnée du Medef et de dirigeants de sociétés de sécurité. Elle a crée un centre d’affaires français dans Bagdad pour garantir une sécurité aux futurs businessmen français qui iront travailler la-bas.

Quelle est ton opinion sur ce projet ?

L’objectif est avant tout économique, il ne faut pas être naïf. Mais tout un pays est à reconstruire et il faut un certain dynamisme pour le faire, donc je pense que c’est une bonne chose.

Source : StreetPress.com – Arnaud WYART – 04 novembre 2010


Aigle Azur : Bagdad,  les liaisons régulières devraient commencer début 2011…

Il est 5h30 dimanche, l'avion d'Aigle Azur amorce sa descente dans l'aube ocre et opaque de Bagdad. Un peu plus de 5 heures plus tôt, l'Airbus A319 flambant neuf décollait du terminal 2 B de Roissy, avec, à son bord 111 personnes : plus de la moitié sont des hommes d'affaires qui se rendent à la Foire internationale de la capitale irakienne, les autres des journalistes qui couvrent l'événement.

Car le vol ZI117, annoncé sur les écrans de l'aéroport entre celui pour Hongkong et Sao Paulo, n'a rien de banal : il s'agit du premier vol direct d'un transporteur européen vers Bagdad depuis l'embargo international de 1990. S'il ne s'agit que d'un vol inaugural, Aigle Azur, troisième compagnie aérienne française, compte proposer à partir de début 2011 deux liaisons hebdomadaires depuis Charles-de-Gaulle. «Nous tournerons à trois liaisons plus tard», affirme François Hersen, président du directoire. Objectif: 15.000 à 20.000 passagers par an. La ligne ne sera pas rentable «avant 2012».

Paris à la conquête des businessmen

Cible prioritaire de cette destination peu commune: les hommes d'affaires intéressés par le marché de la reconstruction de l'Irak. «Aujourd'hui, la moitié passent par Istanbul en Turquie et 40% par Amman en Jordanie», regrette Arezki Idjerouidene, président du conseil de surveillance. «La plupart viennent des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, d'Allemagne mais aussi de Chine ou de Corée.» D'où la nécessité pour Aigle Azur de signer un accord de partage de codes avec Air France dont la plate-forme de correspondances, se situe à Roissy.

En clair: Air France amène à Paris les voyageurs du monde entier, Aigle Azur assure la fin du travail jusqu'en Irak. Un tel accord permettrait de faire de Paris «la porte d'entrée de l'Irak», surenchérit Boris Bouillon, l'ambassadeur de France à Bagdad. Chez Air France, on confirme que «le projet est à l'étude», mais «assurer une liaison directe nous-mêmes n'est pas économiquement intéressant», glisse une source interne.

L'Allemand Lufthansa, séduit par l'ouverture d'une ligne Munich-Bagdad, a repoussé son projet. «La demande était trop faible mais nous restons déterminés.» «Nous sommes une compagnie de niche, plus flexible et plus rapide», fait valoir la direction d'Aigle Azur, où l'on évoque un vol régulier «dans un second temps» entre Paris et Erbil, au Kurdistan irakien.

Pour Bagdad, il faudra compter pour un billet aller-retour environ 1.500 euros, dont 10% couvriraient des surcoûts de sécurité. Selon Arezki Idjerouidene, «il y a des procédures spécifiques sur ce vol qui n'existent nulle part ailleurs. Les rotations des navigants, elles, se feront sur la base du volontariat». Peu après le vol inaugural, un attentat dans une église de Bagdad a fait 53 morts.

Source : 20minutes.fr – 02 novembre 2010

Critiques : L'accord de la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC) à l'ouverture de la ligne est « une décision politique », s'inquiètent des représentants du comité d'hygiène et de sécurité (CHSCT) d'AA. Selon eux, la direction ne répond pas à toutes les questions sur la sûreté. « Ce sera un vol de fret déguisé, on n'ira pas les soutes vides », dit-on également.


Aigle Azur inaugure une liaison Paris-Bagdad

Un appareil de la compagnie française Aigle Azur venant de s'est posé dimanche à Bagdad, à l'issue du premier direct d'un transporteur européen vers la capitale irakienne depuis l'embargo international imposé à ce pays en 1990.

L' A319 s'est posé à 06H00 locales (03H00 GMT) après un peu plus de cinq heures de vol. Il avait décollé la veille de l'aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle à 23H45 (21H45 GMT), avec à son bord 111 personnes dont la secrétaire d'Etat française au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac. Elle était accompagnée d'une quarantaine d'hommes d'affaires français.

Aigle Azur, propriété de la famille franco-algérienne Idjerouidene, exploitera cette ligne début 2011, à raison, dans un premier temps, de deux vols hebdomadaires au départ de Roissy, deuxième plateforme de correspondances en Europe après Londres.

Source : Le Parisien.fr – 31 octobre 2010

_______________

A Bagdad, les opportunités sont donc nombreuses, et les entreprises hexagonales n'auraient plus qu'à les saisir… A ceci près que l'Irak a encore un très long chemin à parcourir avant de devenir un pays « normal » du point de vue des affaires. Le problème numéro un, bien sûr, demeure celui de la sécurité. La veille de l'arrivée d'Anne-Marie Idrac, une bombe placée dans un café au nord de la ville a coûté la vie à une trentaine de personnes. Le soir, une cinquantaine d'Irakiens ont péri dans l'attentat perpétré contre une église. Dans les heures qui ont suivi, pas moins de 11 attaques à la voiture piégée auraient fait au moins 63 morts et 285 blessés… Frédéric Gallois, le directeur général de la société de sécurité française Gallice et ancien du GIGN, a beau rappeler que le nombre d'attentats est passé de 200 à une dizaine par jour entre le plus fort de la crise et aujourd'hui, le pays reste encore très dangereux. La solitude de l'avion d'Aigle Azur sur le tarmac de l'aéroport de Bagdad est là pour rappeler que la mondialisation n'a pas encore atteint les rives du Tigre.

Source : Les Echos – Alain Ruello – 08 novembre 2010


Aigle Azur : Interview d'Arezki Idjerouidène

Aigle Azur inaugure ce samedi sa ligne régulière entre Paris (CDG) et Bagdad en Irak. La ministre Anne-Marie Idrac, une soixantaine d’hommes d’affaires qui exposent à la Foire de Bagdad et des médias seront du voyage avec Arezki Idjerouidène, le président du conseil de surveillance d‘Aigle Azur. Mais pour la compagnie, cette exploitation à raison de deux rotations hebdomadaires est une véritable gageure, un pari sur l’avenir.

TourMaG.com : Pourquoi la compagnie Aigle Azur s’est-elle portée candidate à l’exploitation d’une ligne aussi particulière ?
Arezki Idjerouidène :
Dans le transport aérien il faut toujours chercher de nouvelles possibilités d‘étoffer le réseau existant. C’est un travail permanent pour moi que d’analyser et de rechercher des ouvertures. Aigle Azur veut surtout s’établir sur des lignes « niches » où la concurrence n’est pas trop présente. Par exemple, en ce qui concerne l’Irak, si c’était pour desservir Erbil dans la province du Kurdistan, nous n’aurions pas été candidats car toutes les compagnies se posent déjà à Erbil. Ce n’est pas le cas de Bagdad, une destination sur laquelle je travaille depuis le mois de septembre 2009. Après avoir pesé le pour et le contre, nous avons décidé de poser notre candidature pour l’exploitation de la ligne et je dois reconnaître que l’ambassadeur de France en Irak nous a apporté un soutien précieux.
 
TM.com – Même si le pays est en pleine reconstruction, il y règne encore une certaine insécurité. Comment allez-vous protéger vos avions, votre personnel et vos passagers ?
Arezki Idjerouidène :
Je suis allé cinq fois à Bagdad pour préparer la mise en place de la ligne. Je peux vous assurer que l’aéroport est une forteresse. Il y a plusieurs milliers de personnes qui veillent à la sécurité et les contrôles sont nombreux et systématiques. Aigle Azur ne sera pas la seule compagnie à opérer sur cet aéroport. Il y a une compagnie qui assure des vols domestiques et d’autres compagnies internationales comme Turkish Airlines ou Royal Jordanian qui ont des vols quotidiens. En tout, il doit y avoir une vingtaine de vols voyageurs par jour.
 
TM.com – Quand comptez-vous mettre en place les deux rotations hebdomadaires ?
Arezki Idjerouidène :
C’est vrai que nous avons notre vol inaugural ce samedi et un vol le 4 novembre pour ramener les exposants de la foire de Bagdad. Mais la mise en place de l’exploitation régulière se fera entre le 15 décembre et le début du mois de janvier. Nous avons pris un peu de retard sur le calendrier initial qui prévoyait l’ouverture de la ligne en octobre, pour des raisons principalement administratives. Mais les vols devraient être mis en machine d’ici une dizaine de jours.



TM.com – Comment comptez-vous équilibrer la ligne ?
Arezki Idjerouidène :
Si ce vol réussit, ce sera au détriment du trafic qui passe actuellement via Amman, Istanbul ou encore Dubai. Nous aurons principalement une clientèle d’hommes d’affaires intéressés de passer des contrats avec l’Irak. Nous préparons également des accords avec d’autres compagnies qui achemineront des passagers vers notre vol de CDG. Cela dit, il faut savoir que la France est appréciée par les Irakiens et il y a des possibilités de développement pour les entreprises françaises. Total y exploite déjà des champs pétrolifères et l’ambassade de France fait un travail formidable avec la mise en place d’un centre d’affaires pour aider les chefs d’entreprise à trouver les bons contacts. Nous allons d’ailleurs y installer un bureau de représentation avant de trouver un GSA. Car nous comptons aussi sur une certaine clientèle irakienne. La ligne ne s’équilibrera pas en un jour mais il n’est pas question de mettre en péril la compagnie pour cette ligne. La prise du risque économique est mesurée. Disons que cette ligne est un pari sur l’avenir. Dans un second temps, elle va aussi nous aider à décrocher des contrats pour les autres activités de notre groupe GoFast.

TM.com – Le personnel de bord est-il volontaire pour voler sur cette ligne ?
Arezki Idjerouidène :
Il n’y a pas de tension sociale particulière pour ce vol. Bien sûr, le personnel se pose des questions et nous sommes à leur écoute. Nous les informons quotidiennement de tous les déplacements et de toutes les démarches

Source : TourMag.com – Geneviève Bieganowski – 29 Octobre 2010

 

Aigle Azur va rétablir la liaison Paris-Bagdad, suspendue depuis 20 ans

La liaison aérienne -Bagdad devrait bientôt reprendre. La compagnie française Aigle Azur va inaugurer officiellement le 30 octobre cette ligne directe, suspendue depuis la première guerre du Golfe, après l'invasion du Koweit par l'Irak de . Pour ce premier exceptionnel, 20 ans après, Aigle Azur profitera de l'ouverture de la foire de Bagdad, qui se déroule du 1er au 10 novembre, pour embarquer une délégation de chefs d'entreprises. Elle sera conduite par Anne-Marie Idrac, secrétaire d'État en charge du Commerce extérieur auprès de la ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi.

Deux vols hebdomadaires au départ de Roissy L'exploitation commerciale régulière sera, quant à elle, mise en route quelques semaines plus tard, a indiqué la direction d'Aigle Azur qui a obtenu les autorisations nécessaires. Elle devra donc desservir la capitale irakienne en Airbus A319 avec deux vols hebdomadaires au départ de Roissy, Terminal 2. «Les préparations de cette ouverture ont débuté il y a plus d'un an, la mise en place opérationnelle devrait encore prendre quelques semaines en raison de quelques points à finaliser», explique la compagnie en assurant que les ventes de billets vont être ouvertes au public prochainement.  laquo;Aigle Azur devient ainsi la première compagnie en Europe à ouvrir la liaison directe Paris-Bagdad», se félicite le vice-président d'Aigle Azur, Méziane Idjerouidène. D'après lui, cette reprise de vols directs constitue un «atout majeur pour la vie économique et culturelle de l'Irak, mais aussi, pour les acteurs économiques français qui souhaitent participer à la reconstruction de ce pays». En guerre depuis des années, l'Irak a vu ses liaisons aériennes suspendues avec plusieurs capitales. Paris-Bagdad était autrefois exploité par Air France. Aigle Azur serait en cours de négociations avec Air France, afin de préacheminer sur ses lignes des passagers à destination de Bagdad.

Source : Le Parisien.fr – 14 octobre 2010


Aigle Azur : Feu vert pour Bagdad

D'après La Tribune, rien ne s'oppose plus à la réouverture d'une ligne régulière entre Paris et Bagdad. La compagnie française Aigle Azur pourrait assurer la desserte d'ici la fin de l'année. Conformément à la volonté du gouvernement français, qui souhaite que les entreprises hexagonales participent à l'important marché de la reconstruction irakienne, une liaison aérienne régulière pourrait bientôt être rétablie entre Paris et Bagdad.

Selon le journal La Tribune, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) vient d'effectuer une mission de sûreté dans la capitale irakienne à l'issue de laquelle un protocole d'accord a été signé qui définit les procédures à suivre pour les aéroports et les compagnies, tant côté français qu'irakien.

La compagnie Aigle Azur, jusqu'ici spécialisée sur les destinations du pourtour méditerranéen, souhaite assurer cette desserte au départ de Roissy, ce dès la fin octobre. Elle pourrait s'associer à Air France dans ce projet, notamment via un accord de pré-acheminement de la clientèle américaine pour cette destination.
 

Source : Easybourse – 27 septembre 2010


Aigle Azur : Mission française sur la sécurité aérienne prochainement à Bagdad

Une mission française va se rendre prochainement à Bagdad pour évaluer les procédures de sécurité dans l'aéroport de la capitale irakienne, préalable à l'ouverture d'une ligne aérienne entre les deux pays, a indiqué lundi François Hersen, président du directoire de la compagnie Aigle Azur.

Source : AFP – 13 septembre 2010


Aigle Azur prêt à décoller pour Bagdad

Le patron d'Aigle Azur, François Hersen, était encore à Bagdad voilà quinze jours. Il a pu y constater que l'aéroport était "propre, en bon état et facile d'accès pour les passagers". Ce qui l'a conforté dans son objectif d'ouvrir la première ligne Paris-Bagdad fin octobre avec trois vols hebdomadaires en A319. "Il existe une importante demande de la part des entreprises pétrolières qui travaillent sur place", explique-t-il. Le prix n'est pas encore fixé. Mais il sera sans aucun doute élevé étant donné les mesures de sécurité renforcées à mettre en place. De toute manière, les employeurs seront prêts à mettre le prix : pour rallier en convoi sécurisé l'aéroport au centre de la capitale irakienne, soit 5 kilomètres, il faut débourser déjà 5000 euros…

Depuis la faillite d'Iraqi Airways en mai, seules deux compagnies desservaient l'Irak : l'américaine Gryphon Airlines et la suédoise Vicking. Aigle Azur prendra ainsi de vitesse Air France qui a arrêté ses propres vols au début des années 1990 au moment de la première guerre du Golfe et réfléchissait, en début d'année, à un projet similaire . Lufthansa de son côté a annoncé le démarrage de vols au départ de Munich fin septembre.

Aigle Azur n'en est pas à son coup d'essai sur des destinations difficiles. Créée en 1946 par Sylvain Floirat, qui dirigea par ailleurs Europe 1 et fonda Matra, la compagnie alors moribonde a été reprise voilà neuf ans par Arezki Idjerouidene avec l'objectif de desservir l'Algérie, désertée par Air France. Aigle Azur s'est développée à toute vitesse et a ainsi pu s'étendre vers le Portugal, le Mali, le Maroc et la Tunisie. Elle a réalisé l'an passé 287 millions d'euros de chiffre d'affaires et 10 millions de bénéfice et occupe désormais le troisième rang français, derrière Air France et Corsairfly.  

 
Source : Titres de transport – Caroline Michel – 26 août 2010


Aigle Azur lancera des vols Paris-Bagdad fin octobre

Les vols directs entre les capitales française et irakienne vont reprendre à l'initiative de la compagnie française Aigle Azur. Air France, qui a suspendu les siens depuis 20 ans, hésite toujours.

Les vols directs entre Paris et Bagdad vont reprendre à la fin octobre après 20 ans d'interruption, a appris l'Expansion.com de source diplomatique. La compagnie aérienne française Aigle Azur, spécialisée dans les vols vers le Maghreb, le Mali et le Portugal, sera la première à les proposer depuis qu'Air France a suspendu ces liaisons en 1990, date de la première guerre du Golfe. Air France, qui a également étudié cette possibilité, semble pour sa part craindre des réactions en interne.

Aigle Azur avait indiqué en juin être en négociations avec les autorités irakiennes afin d'ouvrir une ligne dès septembre "à raison de deux vols par semaine", avait expliqué à l'AFP Arezki Idjerouidene, président du conseil de surveillance de la compagnie et président de la maison mère Go Fast. "Ce sera une clientèle business à 95%, expliquait-il. Ce sont des gens qui ont besoin d'aller sur place pour prospecter pour de grandes entreprises de sécurité, pétrolières, etc." Et de préciser que les vols seront opérés en Airbus A319 bi-places (120 sièges).

D'autres compagnies ont déjà tenté le lancement de vols commerciaux vers la capitale irakienne mais elles n'ont pu aller au-delà du premier vol, à l'instar de la scandinave Nordic Airways en janvier 2009. Fin mai, l'Irak a par ailleurs décidé de mettre fin à sa liaison Bagdad-Londres opéré par Iraqi Airways à la suite d'un différend financier avec le Koweït. En revanche, la compagnie allemande Lufthansa a annoncé le lancement d'une ligne Munich-Bagdad fin septembre.

Source : L'Expansion.com – 25 août 2010


Aigle Azur : Le nouveau patron parie sur l'Irak

Avec l'arrivée de François Hersen à la tête d'Aigle Azur, la compagnie veut améliorer ses services et ajuster sa stratégie toujours tournée vers les destinations de niche. La prochaine sera Bagdad.

Après la prise de fonction de François Hersen à la présidence du directoire d'Aigle Azur, la compagnie va changer de braquet sans révolutionner sa stratégie. « Il est certains que nous n'allons plus connaître les mêmes taux de croissance dans les années à venir », prévient cet ancien d'Air Caraïbes Atlantique. « Il nous faut donc corriger notre stratégie, sans la remettre à plat », poursuit-il. Le transporteur veut donc améliorer ses services et s'adapter aux nouveaux modes de consommation. « Il nous faut migrer vers les outils modernes de vente, particulièrement sur nos lignes portugaises en concurrence avec les low cost, alors que nos clients sur les lignes franco-algériennes sont encore attachés à la distribution classique », analyse François Hersen. Deuxième combat, améliorer la qualité de service d'Orly-sud d'où la compagnie opère et où elle a subi la semaine dernière une importante panne d'électricité générant des retards d'environ 7 heures ainsi que des lourds transferts de passagers vers Roissy : « C'est l'aérogare le plus vieux avec beaucoup de contraintes. Il est de plus absolument vital pour nous que les trafics entre les deux terminaux soient rééquilibrés. » souligne le président du directoire. Enfin, la compagnie veut continuer à se développer sur des marchés de niche en croissance comme il l'a montré en liant un partenariat avec Air Mali, mais surtout en lançant d'ici l'automne prochain trois liaisons hebdomadaires Paris-Bagdad. « C'est dans les gênes de l'entreprise de tenter ce genre de chose, mais si c'est compliqué d'ouvrir une destination comme Bagdad, il n'y a pas de blocage et la demande est très forte », se réjouit le nouveau dirigeant. Aigle Azur espère passer rapidement à 5 liaisons hebdomadaires.

Source : l'Eco touristique – 12 juillet 2010


Aigle Azur : Paris-Bagdad en septembre ?

Lors de la session du Comité d’Entreprise du 15 juin, la Direction d’Aigle Azur a réitéré devant les élus sa volonté de lancer dès septembre 2010 une liaison directe entre Paris et Bagdad, à raison de deux vols par semaine. Destinés à une clientèle d'affaires, les vols seraient opérés en Airbus A 319 bi-classe de 120 sièges .

Les vols directs entre les capitales française et irakienne, assurés par Air France, sont suspendus depuis 1990, date de la première guerre du Golfe après l'invasion du Koweït par l'Irak. Si le projet aboutit, Aigle Azur sera la première compagnie française à se poser sur le sol irakien depuis lors. Néanmoins, voler vers la capita

le irakienne représente une véritable gageure. La compagnie nationale Iraqi Airways a du fermer sa première liaison entre Bagdad et Londres après son premier vol inaugural il y a quelques semaines, à cause de problèmes légaux avec le Koweït.

 Source : SNPNC – 15 juin 2010

Voir également  ⇒ Air France :  Bagdad, ouvre toi !

À lire aussi

Air France

|

Voici la check-list SNPNC de Juin 24. Retrouvez ici toutes les infos issues des réunions...

SNPNC

SNPNC

Dans le cadre du 3ème Plan national de lutte contre la traite des êtres humains,...

Air France

Le 29 mai dernier, la Direction nous a présenté son projet bien avancé d’ «Evolution...

Vueling

Chers nouveaux collègues PNC de Vueling, Nous tenons à vous souhaiter la bienvenue à Paris...

Air Caraïbes Atlantique

|

Vous trouverez ici le flash CSE du mois de mai 2024 avec les informations importantes...

SNPNC

SNPNC

Cher.e.s collègues, aujourd’hui nous célébrons la Journée Internationale des PNC, une occasion spéciale pour honorer...

easyJet

|

Retrouvez le compte-rendu de la session de Mai 2024 du Comité Social et Économique réalisé...

Vueling

Sensibilisation et de Dénonciation du Harcèlement Sexuel par des Supérieurs Hiérarchiques. Le harcèlement sexuel par...

Air France

Le SNPNC réitère sa demande de suspension de la desserte de TLV. Rappel des faits...

Air France

|

Pour préparer au mieux la Rentrée scolaire 2024 de vos enfants, vos élus au Bureau...