Actualité de votre compagnie

Restez informés

Air France déroute le service minimum

944-cover-snpl-ok

Un accord entre la direction et les pilotes neutralise en partie la loi sur les grèves dans l’aérien, qui doit être votée demain. C’est une belle gaffe d’Air France. Selon nos informations, la compagnie nationale, contrôlée à 15% par l’Etat, a signé la semaine dernière avec le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) un accord qui torpille en partie la loi sur le service garanti dans le transport aérien, qui doit être votée définitivement par l’Assemblée demain.

Un accord entre la direction et les pilotes neutralise en partie la loi sur les grèves dans l’aérien, qui doit être votée demain. C’est une belle gaffe d’Air France. Selon nos informations, la compagnie nationale, contrôlée à 15% par l’Etat, a signé la semaine dernière avec le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) un accord qui torpille en partie la loi sur le service garanti dans le transport aérien, qui doit être votée définitivement par l’Assemblée demain.

La décision d’Air France est d’autant plus surprenante que la grève de quatre jours, menée début février par l’ensemble des personnels du secteur pour obtenir le retrait du texte, avait échoué. D’où la colère du gouvernement contre Air France et ses pilotes.

La proposition de loi du député UMP Eric Diard prévoit d’obliger les grévistes à se déclarer quarante-huit heures à l’avance. Avec deux objectifs. Tout d’abord, permettre aux compagnies de prévoir le trafic et d’en informer les passagers vingt-quatre heures à l’avance. Ensuite, minimiser les perturbations, en mobilisant les personnels non grévistes pour assurer les vols les plus chargés, en particulier aux heures de pointe. Une technique pratiquée avec succès à la SNCF, où la même loi est déjà en vigueur depuis 2008.

C’est ce second objectif que cet accord va mettre à mal. Ce document, que Libération s’est procuré, prévoit que «le planning du personnel navigant technique [les pilotes, NDLR] est stable […] en toutes circonstances et en toutes périodes, et ce sans exception». En clair, Air France s’interdit de réaffecter comme elle l’entend les pilotes non grévistes ou en congés pour améliorer le trafic. Pour y parvenir, la compagnie devra obtenir, au cas par cas, l’«accord» de chaque pilote «concerné».

«Furieux».«Cela veut dire qu’en cas de grève il y aura moins de pilotes rappelés et plus de vols annulés. Il est surprenant qu’Air France ait accepté»,déplore une source gouvernementale. L’impact risque d’être important pour les passagers, puisqu’Air France assure 78% du trafic intérieur français et 30% des vols vers l’Europe.

Joint par Libération, le ministre des Transports, Thierry Mariani, souligne que le premier objectif de la loi (prévoir le trafic à l’avance) n’est pas remis en cause. Mais il ne cache pas son irritation : «Le fait que certains syndicats se soient acharnés à demander cela montre qu’ils n’ont pas compris la situation préoccupante de leur compagnie.»

Le ministre ne souhaite pas commenter l’attitude de la direction, mais «le gouvernement est furieux contre Air France», assure un connaisseur du dossier. Et pour cause : le service garanti a été décidé par Nicolas Sarkozy en personne, suite au conflit des agents de sûreté aéroportuaire à Noël, pour éviter que les passagers soient pris «en otage».

Le SNPL n’a pas souhaité faire de commentaires. Mais de sources concordantes, c’est bien le syndicat qui a pris l’initiative. Avec l’arrivée de la déclaration deux jours à l’avance, «il y a un rapport de force qu’il convenait de rétablir», indique un pilote. Lequel tient toutefois à relativiser : «La direction aurait préféré imposer les plannings. Mais comme les pilotes sont payés en partie à l’activité, les non-grévistes ont donc intérêt à accepter de changer de vol.»

«reddition». Reste à savoir pourquoi Air France a signé. Jusqu’ici, la compagnie estimait que la stabilité des plannings, inscrite dans le précédent accord de 2006, ne s’appliquait pas en cas de grève. Le SNPL avait contesté cette interprétation en justice… et avait perdu en première instance. Le jugement définitif, en appel, est attendu au mois de mai. Malgré ce rapport de forces favorable, la compagnie a pourtant accepté de virer de bord et de sanctuariser les plannings en cas de grève. «Un accord était préférable au risque posé par le procès en appel», justifie un porte-parole d’Air France. Il assure qu’il s’agit d’un accord «gagnant-gagnant» qui «ne change rien» à la loi Diard, et qui représente «une avancée pour les pilotes comme pour les passagers».

Sauf que d’autres compagnies tricolores s’accordent le droit de modifier les plannings des pilotes sans leur consentement jusqu’à deux jours à l’avance. «Ce qu’a fait Air France, c’est une reddition honteuse ! On ne pourrait pas travailler avec un accord comme ça», s’indigne-t-on chez un concurrent. «On n’oblige pas un pilote à voler contre son gré, cela créerait un risque en matière de sécurité», réplique un porte-parole d’Air France. Lequel indique que dans cette entreprise à la forte culture sociale, l’accord était aussi une façon de «désamorcer un contentieux avec la population des pilotes».
 

source : http://www.liberation.fr/c/01012392651-c

À lire aussi

Air France

Le SNPNC réitère sa demande de suspension de la desserte de TLV. Rappel des faits...

Air France

|

Pour préparer au mieux la Rentrée scolaire 2024 de vos enfants, vos élus au Bureau...

Air France

|

Grâce à la gestion saine du Bureau du CSE Lignes, vos élus ont pu décider...

Air France

|

Monsieur le Président, Au nom des PNC que nous représentons, L’Intersyndicale UNSA/SNPNC interpelle la Direction...

Air France

|

Les jours et les plages d’ouverture de l’Escale CSE Lignes Roissy changent. Pour vous permettre...

Air Austral

|

Nous venons de recevoir aujourd’hui l’Accord de Performance Collective signé par l’ensemble des Organisations Syndicales...

Amelia

|

Retrouvez les actualités de la section SNPNC-FO Amelia de mai 2024. La lecture complète de...

Air France

La première réunion de discussion s’est tenue ce jour, vendredi 17 mai. Pour rappel, seules...

SNPNC

SNPNC

Ce vendredi 17 mai est la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et...

Air France

|

Le temps alterné “retraite” est un aménagement du temps de travail accordé par l’employeur. Il...