Actualité de votre compagnie

Restez informés

“Air France est à l’abri d’une OPA” dit son PDG

1309-cover-capture_decran_2012-12-18_a_10.06.45

Alors qu'Air France se dirige vers une cinquième année consécutive de pertes d'exploitation, certains sénateurs ont demandé à Alexandre de Juniac, son PDG, si ces difficultés n'exposaient pas la compagnie à une OPA. Alors qu'Air France se dirige en 2012 vers une cinquième année de pertes consécutive avec une perte d'exploitation cumulée autour de 2 milliards d'euros …

Alors qu'Air France se dirige vers une cinquième année consécutive de pertes d'exploitation, certains sénateurs ont demandé à Alexandre de Juniac, son PDG, si ces difficultés n'exposaient pas la compagnie à une OPA. Alors qu'Air France se dirige en 2012 vers une cinquième année de pertes consécutive avec une perte d'exploitation cumulée autour de 2 milliards d'euros …

certains sénateurs ont posé la question au PDG de la compagnie Alexandre de Juniac mercredi lors de son audition au Sénat : Air France est-elle à la merci d'une OPA ? La question était mal posée à l'évidence dans la mesure où c'est Air France-KLM qui est en effet coté en bourse, le groupe Air France n'étant qu'une filiale d'Air France-KLM au même titre que KLM. Pour autant, Alexandre de Juniac a répondu.

Pas assez attrractif

« Non, nous ne risquons pas une OPA », a-t-il répondu fermement. Ce dernier a argumenté en trois points. « En termes juridiques, une OPA lancée par des intérêts non européens est impossible car ils ne pourraient pas prendre plus de 50% du capital ». Ensuite, Alexandre de Juniac a estimé qu'Air France (il aurait pu dire Air France-KLM) au regard de ses difficultés n'est pas assez attractive. Un peu plus tôt au cours de l'audition, il avait rappelé les 6,5 milliards d'euros de dette à fin 2011 (et même 11 milliards en rajoutant les leasing d'avions) pour des fonds propres de 5 milliards. Enfin, il rappelle qu'il n'existe pas d'exemple d'OPA hostile dans le transport aérien en raison du rôle encore très important que jouent les Etats dans ce secteur, même s'ils ne sont plus majoritaires. « Nous sommes à l'abri ».

Pour autant, la présence de l'Etat irlandais dans le capital d'Aer Lingus n'a pas empêché Ryanair de lancer une OPA. Et si celle-ci est toujours bloquée, ce n'est pas en raison du refus du Gouvernement irlandais mais par celui de Bruxelles qui juge que cette fusion poserait de sérieux problèmes de concurrence en Irlande.

source : http://www.latribune.fr

À lire aussi

Air France

Le SNPNC réitère sa demande de suspension de la desserte de TLV. Rappel des faits...

Air France

|

Pour préparer au mieux la Rentrée scolaire 2024 de vos enfants, vos élus au Bureau...

Air France

|

Grâce à la gestion saine du Bureau du CSE Lignes, vos élus ont pu décider...

Air France

|

Monsieur le Président, Au nom des PNC que nous représentons, L’Intersyndicale UNSA/SNPNC interpelle la Direction...

Air France

|

Les jours et les plages d’ouverture de l’Escale CSE Lignes Roissy changent. Pour vous permettre...

Air Austral

|

Nous venons de recevoir aujourd’hui l’Accord de Performance Collective signé par l’ensemble des Organisations Syndicales...

Amelia

|

Retrouvez les actualités de la section SNPNC-FO Amelia de mai 2024. La lecture complète de...

Air France

La première réunion de discussion s’est tenue ce jour, vendredi 17 mai. Pour rappel, seules...

SNPNC

SNPNC

Ce vendredi 17 mai est la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et...

Air France

|

Le temps alterné “retraite” est un aménagement du temps de travail accordé par l’employeur. Il...