Actualité de votre compagnie

Restez informés

Air France : Plan de retour à l’équilibre

853-cover-jpg

Air France : un premier plan de 2.000 suppressions d'emplois prévu en 2012

Air France-KLM vise quelque 800 millions d'euros d'économies d'ici à trois ans. Ce jeudi, Air France a pour sa part démenti "formellement" les 2.000 suppressions d'emplois.

Deux mille suppressions de postes en 2012 à Air France. C'est, selon des sources concordantes, la réduction des effectifs, aujourd'hui prévue par la compagnie tricolore, en raison du gel des embauches. Cela en raison des départs naturels. Ces 2.000 postes s'ajouteront aux plus de 4.000 non-renouvellements de postes constatés au cours des quinze derniers mois. Soit au total, environ 10 % des effectifs de la compagnie. 

Air France : un premier plan de 2.000 suppressions d'emplois prévu en 2012

Air France-KLM vise quelque 800 millions d'euros d'économies d'ici à trois ans. Ce jeudi, Air France a pour sa part démenti "formellement" les 2.000 suppressions d'emplois.

Deux mille suppressions de postes en 2012 à Air France. C'est, selon des sources concordantes, la réduction des effectifs, aujourd'hui prévue par la compagnie tricolore, en raison du gel des embauches. Cela en raison des départs naturels. Ces 2.000 postes s'ajouteront aux plus de 4.000 non-renouvellements de postes constatés au cours des quinze derniers mois. Soit au total, environ 10 % des effectifs de la compagnie. 

Le gel des embauches qui, cette fois, concerne toutes les catégories de personnels, est l'une des mesures d'économies qui sera présentée en conseil d'administration le 11 janvier, puis quelques jours après en comité central d'entreprise extraordinaire. Il s'accompagne du gel des salaires (« La Tribune » du 6 décembre), des promotions, des avancements (par exemple, il n'y aura pas de qualification chez les pilotes), mais aussi d'une très forte réduction des investissements, notamment informatiques. Ainsi que de moins nombreuses réceptions d'avions en 2013, celles prévues en 2012 ne pouvant être révisées contractuellement. Par ailleurs, les fréquences de vols les plus déficitaires seront arrêtées.

Plan sur trois ans

Pour ne pas toucher au réseau de la compagnie, l'un des ses meilleurs actifs, seules une ou deux lignes seront fermées. Ce plan à Air France va contribuer majoritairement aux quelque 800 millions d'euros (c'est l'ordre de grandeur selon nos sources) d'économies annuelles escomptés par le groupe Air France-KLM au bout de trois ans, et non au bout de la première année comme évoqué dans la presse. Pour atteindre cet objectif, un deuxième plan, encore plus lourd, sera présenté en mai-juin pour une mise en service l'été prochain. Il vise essentiellement à redresser de manière structurelle l'activité court et moyen-courrier d'Air France qui va perdre cette année près de 600 millions d'euros. Le moyen-courrier représente environ 90 % des pertes de la compagnie. Cette restructuration passe par la renégociation des accords collectifs, en particulier ceux signés avec les pilotes et les hôtesses et stewards. Le cargo qui a replongé dans le rouge, ne sera pas non plus épargné.

Seule inconnue : l'emploi. La direction n'entend pas, pour l'heure, procéder à des départs contraints. Pour autant, sans croissance, les gains de productivité risquent d'entraîner des sureffectifs. 

Mais Air France "dément formellement" les 2.000 suppressions de postes

L'AFP rapporte ce jeudi matin les réactions de la compagnie aérienne suite à la publication de nos informations la veille. "Air France dément formellement les rumeurs publiées ce matin dans La Tribune", a déclaré à l'agence de presse le porte-parole de la compagnie, ajoutant que "les mesures d'économie qui seront présentées mi-janvier aux instances de direction, au personnel et a leurs représentants sont en cours d'élaboration. Rien n'est arrêté à ce stade".

"Comme cela a déjà été très clairement annoncé, ce premier train de mesures ne touchera pas l'emploi. Les mesures structurelles visant au redressement de la compagnie ne seront annoncées qu'en juin prochain, avec l'ambition de ne toucher l'emploi qu'en extrême ressort", précise ce dernier. La compagnie rappelle par ailleurs que les départs naturels s'élèvent à environ 800 par an et non 2.000 comme relevé par notre quotidien.

Source : LaTribune.fr – Fabrice Gliszczynski – 15 décembre 2011


Gel des salaires en vue chez Air France

Le plan d'économies de la direction sera examiné le 11 janvier. Les mesures structurelles de transformation sont prévues en mai et juin. Des turbulences sociales sont à craindre. Ce sera l'une des mesures emblématiques du plan d'économies d'Air France qui sera examiné le 11 janvier 2012 en conseil d'administration.

Après le gel des embauches décidé en septembre la direction devrait, selon plusieurs sources concordantes, instaurer le blocage des salaires. Concrètement ce gel concerne les augmentations générales, les primes liées à la productivité et les promotions. Des points sur lesquels la direction dispose de marges de manoeuvre. En revanche, pour certaines augmentations (liées à la séniorité par exemple) inscrites dans des accords avec le personnel, il lui faudra les renégocier si elle veut arriver à ses fins. Ces mesures permettraient de dégager plusieurs dizaines de millions d'euros d'économies, non pas en 2012, mais en 2013. Interrogé ce lundi à Toulouse lors d'une rencontre avec la presse, le nouveau PDG d'Air France, Alexandre de Juniac, a simplement répondu que « toutes les mesures seraient examinées sauf l'emploi, qui ne serait que la dernière des mesures à prendre ».

Ce gel des salaires fera partie d'un ensemble de mesures d'urgence de redressement annoncées en janvier dans le but d'arrêter de brûler du cash. Plus que des fermetures de lignes, des réductions de fréquences déficitaires devraient être annoncées. Côté investissement, si les livraisons d'avions ne pourront pas être repoussées – 7 à 9 long-courriers – en 2012 en raison des contrats déjà bien engagés, Air France n'exclut pas de procéder à des reports en 2013.

Ce plan d'urgence sera suivi en mai et juin d'un plan de restructuration, de transformation et de développement de la compagnie. C'est là que les mesures structurelles pour redresser l'activité moyen-courrier, qui génère 90 % des pertes du groupe, seront annoncées. Elles passeront, en amont par la renégociation des accords dans le but d'augmenter significativement la productivité du personnel. Le système de bases de province en place à Marseille depuis octobre, puis à Toulouse et Nice début avril, n'est qu'une étape.

Trouver une solution à Orly

Avec ce plan qui doit inclure la base de Bordeaux, Alexandre de Juniac estime que « moins de la moitié du chemin sera fait » pour redresser le moyen-courrier. En effet, il faudra trouver une solution à Orly mais aussi au hub de Roissy, foyer très important des pertes du moyen-courrier. Sur le réseau dit de point-à-point, Air France vise un retour à l'équilibre fin 2013. In fine, si le groupe souhaite que le redressement soit enclenché dès la première année, il entend dégager des solides résultats d'ici deux à trois ans.

La restructuration d'Air France promet déjà des turbulences sociales au regard des efforts qui vont être demandés. Tôt ou tard pour nombre d'observateurs, Air France ne pourra pas faire l'économie d'un plan de départs. Car une hausse de productivité, dans un contexte de faible croissance des capacités, risque en effet d'entraîner un sureffectif.

source : http://www.latribune.fr – 06/12/2011


Air France vise un retour à l'équilibre fin 2013 depuis Orly et la province

Air France ambitionne de retrouver l'équilibre financier sur ses lignes directes de son réseau court et moyen-courrier (hors Roissy-Charles-de-Gaulle) fin 2013, a annoncé lundi Alexandre de Juniac, le nouveau PDG de la compagnie française. "On vise un retour à l'équilibre sur le point à point fin 2013. Les bases de province font partie de la restructuration de notre réseau court et moyen-courrier", a-t-il déclaré à Toulouse à l'occasion de la présentation de la deuxième base de la compagnie.

"Le point à point, ce sont les bases de province dans leur desserte hors CDG, plus Orly", a-t-il expliqué.
De son côté, Bruno Matheu, directeur général délégué chargé du commercial, a indiqué que les trois bases de province Marseille (ouvert à l'automne), Toulouse et Nice (ouvertures programmées au printemps) devraient générer un chiffre d'affaires global de 950 millions d'euros à la fin de l'année prochaine.
"Il s'agit d'un objectif budgétaire de recettes globales pour les trois bases", a-t-il expliqué.
Pour contrer la concurrence des compagnies à bas coûts, Air France a décidé d'ouvrir des bases en province pour réduire ses coûts en augmentant la productivité.
L'ouverture de la base de Toulouse est programmée pour le 1er avril prochain. Celle-ci desservira seize nouvelles destinations en Europe et dans le bassin méditerranéen, soit 11% de vols supplémentaires et 24% de sièges offerts. Les billets, à partir de 50 euros pour un aller simple court-courrier et de 80 euros pour un aller moyen-courrier, sont mis en vente dès lundi.
La compagnie table sur une économie de 15% de ses coûts en faisant travailler davantage ses équipages et en exploitant plus ses avions.
Dix avions de la famille Airbus A320 seront basés à Toulouse ainsi que 350 personnels navigants (120 pilotes, 230 hôtesses et stewards).
"C'est un schéma d'exploitation qui s'inspire du meilleur des compagnies +low cost+ mais avec le service Air France", a expliqué Bruno Matheu.
Il a précisé que les avions voleront 11 heures et 30 minutes contre 8 heures et 15 minutes actuellement, tandis que le temps de travail des pilotes et hôtesses augmentera de 25% (715 heures pour les premiers, 650 pour les seconds).
Alexandre de Juniac s'est par ailleurs félicité des premiers résultats de la base de Marseille lancée le 2 octobre: 95% des vols partis et arrivés à l'heure, des demi-tours réalisés en 35 minutes.
"Ces résultats vont nous permettre d'ouvrir (depuis Marseille) en mars 2012 trois nouvelles lignes: Barcelone, Hambourg et Venise", a-t-il expliqué.
Interrogé sur Bordeaux, quatrième et dernière base du projet province, M. de Juniac n'a pas été en mesure d'avancer une date d'ouverture, soulignant que les études de faisabilité n'étaient pas achevées.
Selon lui, les bases vont permettre de regagner de la compétitivité, mais elles ne seront pas suffisantes.
Sur l'avenir de la compagnie, aujourd'hui confrontée à d'importantes difficultés financières, il s'est dit "optimiste". "Et je revendique mon optimisme", a-t-il insisté en marge de la conférence de presse.
"Pour l'instant, les réservations se tiennent", a-t-il dit tout en reconnaissant que la recette unitaire baissait, la classe premium (à plus forte valeur ajoutée) n'étant pas revenue à ses niveaux d'avant crise.
Il a en outre indiqué que le fret était en difficultés.

source : http://www.leparisien.fr – 05.12.2011


L'essentiel du plan d'Air France annoncé après la présidentielle

Tout est question de timing. Le plan de redressement d'Air France sera annoncé en deux temps et la partie la plus importante le sera après l'élection présidentielle, assure La Tribune qui cite des sources syndicales. Selon le journal, le nouveau P-DG de la compagnie, Alexandre de Juniac, "présentera, en janvier ou février, des mesures conservatoires durcissant les mesures d'économies en vigueur afin de préserver le cash". Puis en mai-juin, il annoncera "un plan de redressement et de développement pour transformer Air France", plan qui aura des conséquences sur l'emploi. "Outre le redressement économique de la compagnie, Alexandre de Juniac a un autre objectif: faire un saut qualitatif en termes de produits et de services à la fois au sol et à bord des avions, ajoute le journal. Il veux faire monter Air France en gamme en essayant, pour la clientèle Premium, de s'aligner d'ici à cinq ans sur le niveau des compagnies asiatiques". En interne, on rapporte qu'il citerait volontiers "l'exemple de Singapore Airlines". Par ailleurs on apprenait lundi qu'Alexandre de Juniac ne bénéficiera pas de retraite chapeau, comme à l'accoutumée pour un nouveau mandataire social, le conseil d'administration ayant rejeté une résolution en ce sens.

source : Challenges.fr – 28.11.2011


Air France- -KLM prépare la "douloureuse" pour 2012

C'est donc dans le courant du premier trimestre 2012 que seront dévoilées les principales mesures qui doivent aider Air France – KLM à retrouver le chemin des conséquents bénéfices. de retour aux commandes du groupe franco-néerlandais, Jean-Cyril Spinetta a donné le ton lors de la présentation des résultats pour le remier semestre de l'exercice en cours. "En dépit des nombreuses actions engagées depuis trois ans, l'insuffisance de nos résultats ces derniers trimestres, dans un environnement marqué par la faiblesse de la croissance mondiale et le prix élevé du pétrole, montre que nous devons aller plus loin", a-t-il déclaré.

Et de décliner les axes des mesures à prendre : "Trois priorités s'imposent. La première est la restauration de la compétitivité du groupe, ce qui implique une réduction supplémentaire des coûts. La deuxième est la restructuration de niotre activité court et moyen-courrier. La troisième est la réduction rapide de notre endettement." Si un report de commandes d'avion auprès d'Airbus et de Boeing ne semble pas, pour l'instant à l'ordre du jour, il a d'ores et déjà été décidé de "tailler dans les investissements" prévus en 2012.

Cers investissements se sont élevés à 998 M€ sur les neuf premier mois de 2011 et atteindront 1,3 Md€ sur l'ensemble de l'année. Ils devraient nettement repasser sous la barre du milliard d''euros, l'année prochaine. L'essentiel du travail va également porter sur le réseau court et moyen-courrier. lors de sa rencontre avec les cadres d'Air France en octobre dernier, Jean-Cyril Spinetta n'a pas caché que les "bases de province" n'étaient qu'une première étape. En clair, il s'agit d'étendre les gains de productivité avions et équipages obtenus à l'ensemble du réseau.

Dès l'annonce de l'ouverture de la base de Marseille en juillet dernier (Cf. A&C n°2278), Bruno Matheu, directeur général délégué commercial d'Air France, n'avait pas caché que les bases étaient aussi "un véritable laboratoire" pour tout le réseau intériaur. "Si les résultats sont là et si l'enthousiasme est au rendez-vous, nous pourrons envisager  d'étendre les mêmes mesures à un réseau beaucoup plus large", déclarait-il. il est désormais évident que la compagnie n'est plus dans le projet mais dans son application.

Ce sera le travail du nouveau président d'Air France, Alexandre de Juniac. A lui également de régler la question beuacoup plus douloureuse de la restructuration des filiales régionales, Britair et Regional. Un héritage des années 1990, mais qui ne peut plus durer avec deux entités distinctes, deux sièges sociaux… Un projet de fusion est dans les cartons depuis des années déjà, mais Air France s'était jusqu'alors refusée à franchir le pas. Les doublons sont désormais un luxe que la compagnie ne peut plus se permettre.

Source : Air & Cosmos n°2288 – Yann COCHENNEC – 18 novembre 2011

À lire aussi

Amelia

|

Retrouvez les actualités de la section SNPNC-FO Amelia de mai 2024. La lecture complète de...

Air France

La première réunion de discussion s’est tenue ce jour, vendredi 17 mai. Pour rappel, seules...

SNPNC

SNPNC

Ce vendredi 17 mai est la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et...

Air France

|

Le temps alterné “retraite” est un aménagement du temps de travail accordé par l’employeur. Il...

Air France

|

Voici la check-list SNPNC de Mai 24. Retrouvez ici toutes les infos issues des réunions...

Air Austral

|

Chers collègues, nous pouvons enfin mettre un point final à cette saga qui dure depuis...

Air Austral

|

Chers collègues, hier s’est tenu un rendez-vous crucial dans les négociations sur un Accord de...

Vueling

Chers / Chères PNC, vous avez récemment reçu un mail de Vueling, destiné à vous...

Vueling

Le SNPNC-FO maintient son préavis à l’heure actuelle pour les journées des 8 au 12...

Air Austral

|

Nous avons affaire à une réelle pièce de théâtre, une dramaturgie mise en scène par...