Actualité de votre compagnie

Restez informés

Air France va supprimer 5122 postes d’ici à fin 2013

1128-cover-capture_decran_2012-06-22_a_16.24.31

Suppression de 5.122 postes environ ( dont les deux tiers dans le cadre d'un plan de départs volontaires) parmi lesquels 904 postes chez les personnels navigants commerciaux.

Suppression de 5.122 postes environ ( dont les deux tiers dans le cadre d'un plan de départs volontaires) parmi lesquels 904 postes chez les personnels navigants commerciaux.

La direction du groupe a précisé aujourd'hui en Comité Central d'Entreprise l'ampleur de la réduction d'effectifs qu'elle entend mener afin d'atteindre les objectifs du plan Transform 2015. Elle table sur la suppression de 5.122 postes environ, dont les deux tiers dans le cadre d'un plan de départs volontaires.

Ce sont finalement 5.122 équivalents temps plein (ETP) qui devront disparaître des effectifs d'Air France d'ici à 2014, a annoncé ce matin son PDG, Alexandre de Juniac, en Comité Central d'Entreprise (CCE). Un chiffre conforme à ceux déjà avancés dans la presse, sur un effectif total de 49.301 salariés sous contrat français pour la compagnie Air France, et de 70.307 en incluant ses filiales. La Bourse a salué cette annonce par une progression de plus de 4 % du titre à la mi-journée.

Ce chiffre de 5.122 postes résulte d'une savante estimation de ce que seront les besoins humains d'Air France à fin 2013, compte tenu de l'objectif d'un gain de productivité de 20 % et d'une offre qui ne devrait pas augmenter de plus de 5 % en cumul de 2012 à 2014, contre 4 % à 5 % par an avant la crise.

Cependant, plus que la réduction des effectifs, qui ont déjà diminué de près de 10 % depuis 2009, c'est la façon dont Air France compte s'y prendre pour résorber ses sureffectifs qui a réservé quelques surprises. C'est d'ailleurs sur cet aspect que se sont focalisées les négociations entre direction et syndicats, qui devraient se poursuivre jusqu'au 28 juin, date prévue pour la finalisation du plan.
Les personnels concernés à des degrés variables

Sur ces 5.122 postes, environ un tiers (1.712 ETP précisément) devrait disparaître par le simple jeu du non-remplacement des départs naturels, estimés à 800 personnes par an. Pour les deux autres tiers, soit 3.410 postes, Air France aura bien recours à un nouveau plan de départs volontaires -le deuxième en deux ans-, mais aussi à toute la palette des dispositifs existant, à l'exception des départs contraints, exclus à ce stade.

Toutes les catégories de personnels sont concernées par ces sureffectifs, mais à des degrès très variables. Dans le détail, Air France chiffre ces sureffectifs à 2.056 postes chez les personnels au sol (soit 6,4 % de leurs effectifs), 904 postes chez les personnels navigants commerciaux (6,8 %) et 450 postes chez les pilotes (5,4 %).

Le plan de départs volontaires s'adressera essentiellement aux personnels au sol, là où les sureffectifs seraient les plus importants. Cependant, les personnels navigants, pilotes et personnels de cabine, devraient également se voir offrir la possibilité de quitter volontairement l'entreprise, temporairement ou par le jeu de primes individuelles d'incitation au départ, dont le montant variera en fonction de la proximité de l'âge de la retraite.

L'opportunité d'un plan de départs volontaires pour les pilotes a fait l'objet de débats en interne. Bien qu'il y ait là aussi des sureffectifs -il y aurait environ 200 pilotes de trop sur 4.120-, la direction aurait finalement décidé de ne pas les inclure dans un plan de départs volontaires, jugés plus coûteux que les réductions de coûts qui en découleraient. Même chose pour les PNC, pour lesquels le sureffectif est estimé à un millier. Contrairement aux personnels au sol, les pilotes -et dans un degré moindre les hôtesses et stewards-, sont en effet payés principalement à l'heure de vol. La part fixe de leur salaire -le minimum garanti-ne représente qu'un tiers de leur rémunération. En cas de chute d'activité, le coût pour Air France d'un pilote au minimum garanti serait ainsi réduit des deux-tiers comparé à une période de plein-emploi. De quoi permettre à l'entreprise de supporter plus facilement des sureffectifs chez les personnels navigants techniques que chez les personnels au sol. A cet argument économique s'ajoute la crainte d'une pénurie de pilotes en cas de forte reprise de l'activité.

Le recours au temps partiel

Cependant, les départs volontaires ne seront pas la seule corde à l'arc d'Air France. Direction et syndicats négocient également le recours au temps partiel, pour résorber les sureffectifs, ainsi que des incitations à la mobilité interne. Un tiers des hôtesses d'Air France seraient déjà au temps partiel, mais la proportion ne serait que de 14 % chez les personnels au sol.

Ces mesures seront-elles suffisantes pour permettre à Air France d'atteindre ses objectifs ? Sur les 2 milliards de cash-flow supplémentaire que le plan Transform 15 vise à générer, sous forme d'économies et de gains de productivité d'ici à 2014, la réduction des effectifs pèse pour au moins la moitié.

Faire 20 % de mieux avec environ 10 % de personnels en moins permettrait également de combler l'écart actuel de compétitivité avec le principal concurrent, Lufthansa. D'après les chiffres comparatifs établis en 2010, l'écart de coûts, hors carburant, avec la compagnie allemande serait en moyenne de 10 %. Ecart qui atteindrait toutefois 27 % pour les seuls coûts d'escale. Or ces frais d'escale, constitués à 71 % de frais de personnels, représentent en moyenne 28 % des coûts d'un vol domestique d'Air France, soit autant que le poste carburant ou que le coût de l'équipage.

Du succès du plan de départs volontaires et des autres mesures de réduction des effectifs dépend donc clairement la réussite du plan Transform 2015. En cas d'échec des négociations ou si les objectifs du plan n'étaient pas atteints en 2014, le recours à des réductions de périmètre et à des départs contraints ne pourrait plus être évité, martèle la direction d'Air France. Une évaluation de l'état d'avancement du plan sera ainsi conduite au second semestre 2013, prévient Air France dans son communiqué.

source : http://www.lesechos.fr

À lire aussi

Amelia

|

Retrouvez les actualités de la section SNPNC-FO Amelia de mai 2024. La lecture complète de...

Air France

La première réunion de discussion s’est tenue ce jour, vendredi 17 mai. Pour rappel, seules...

SNPNC

SNPNC

Ce vendredi 17 mai est la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et...

Air France

|

Le temps alterné “retraite” est un aménagement du temps de travail accordé par l’employeur. Il...

Air France

|

Voici la check-list SNPNC de Mai 24. Retrouvez ici toutes les infos issues des réunions...

Air Austral

|

Chers collègues, nous pouvons enfin mettre un point final à cette saga qui dure depuis...

Air Austral

|

Chers collègues, hier s’est tenu un rendez-vous crucial dans les négociations sur un Accord de...

Vueling

Chers / Chères PNC, vous avez récemment reçu un mail de Vueling, destiné à vous...

Vueling

Le SNPNC-FO maintient son préavis à l’heure actuelle pour les journées des 8 au 12...

Air Austral

|

Nous avons affaire à une réelle pièce de théâtre, une dramaturgie mise en scène par...