Actualité de votre compagnie

Restez informés

Alexandre de Juniac va réorganiser Air France

Le PDG de la compagnie a annoncé ce jeudi aux cadres dirigeants la mise en place en janvier d'une nouvelle organisation censée soutenir l'application du plan de restructuration Transform 2015. Objectif : passer de 14 à 6 niveaux hierarchiques.

Le PDG de la compagnie a annoncé ce jeudi aux cadres dirigeants la mise en place en janvier d'une nouvelle organisation censée soutenir l'application du plan de restructuration Transform 2015. Objectif : passer de 14 à 6 niveaux hierarchiques.

Etes-vous satisfait du résultat des négociations avec les syndicats, même si les personnels navigants commerciaux n'ont pas signé ?
Notre méthode est basée sur une totale transparence et un rythme soutenu dans l'exécution. Nous avons donné aux organisations syndicales toutes les données y compris confidentielles, nous avons fait appel à des experts indépendants, pour qu'il n'y ait aucune ambiguïté sur la gravité de la situation. Nous avons clairement dit ce que nous voulions faire et nous avons tenu nos délais. Nous avons ainsi pu parvenir à des accords avec les personnels au sol et les pilotes, qui les ont validés à une très large majorité. Avec les PNC (personnels navigants commerciaux Ndlr), nous sommes passés à un millimètre d'un accord. C'est regrettable, mais cela ne remet pas en cause notre objectif d'une amélioration de 20% de notre performance économique pour cette catégorie. L'accord principal régissant leurs conditions arrivant à échéance fin mars 2013, nous serons amenés à mettre en place, à partir d'avril 2013, des mesures de productivité permettant d'atteindre cet objectif, qui s'impose à tous les personnels de l'entreprise.

Allez-vous réouvrir les négociations avec les PNC ?
Nous ne pouvons pas imaginer de réouvrir formellement des négociations avec les représentants d'une catégorie de personnels. Ce ne serait pas juste vis-à-vis des autres qui ont signé des accords permettant d'atteindre l'objectif de 20% dans les délais impartis à la négociation. Cela dit, je préférerais bien évidemment que les efforts soient assumés, au travers d'un système contractuel, plutôt qu'imposés. Je sais aussi que bon nombre de PNC s'inquiètent des conséquences d'une absence d'accord qui ne leur permet pas aujourd'hui de bénéficier des mêmes garanties que les autres catégories de personnels.

Comment se met en place le plan de départs volontaires ?
Le PDV des personnels au sol a été présenté mardi au CCE. Le recueil des candidatures débutera le 6 novembre et se prolongera jusqu'au 15 mars 2013. Les premiers départs pourront intervenir dès la fin novembre et se prolongeront jusqu'en septembre 2013. Pour le sol, nous visons 2767 départs volontaires à travers ce plan.

Un rapport élaboré à la demande des syndicats indique qu'il pourrait manquer 650 à 700 candidats…
Personne ne peut prévoir ce que sera le résultat d'un PDV. En général, on se trompe plutôt par défaut. J'ai confiance dans sa réussite. Le périmètre est plus large et les conditions sont attractives. Au-delà des incitations aux pré-retraites et aux départs pour projets personnels et professionnels, nous avons élargi l'éventail des mesures pour nous adapter à la diversité des attentes des salariés, avec notamment les congés sans solde ou le temps partiel. Pour ceux qui seront intéressés, nous mettons sur pied un plan d'accompagnement de grande qualité.

S'il n'y avait pas assez de candidats, la promesse de ne pas recourir à des départs contraints s'appliquerait-elle ?
En échange des efforts consentis par les salariés, nous avons pris l'engagement de ne pas recourir à des départs contraints, à moins d'une catastrophe économique. Cet engagement sera tenu. Pour l'heure, aucune mesure supplémentaire n'est à l'ordre du jour. Il faut travailler à la réussite de ce PDV.

Les pilotes bénéficient-il d'un traitement de faveur, au travers notamment de généreuses primes de transfert ?
Il n'y a pas de traitement de faveur. J'ai veillé à chaque étape à ce que le principe d'équité soit scrupuleusement respecté. Tout le monde est soumis au même objectif de 20%. Tout est public et peut donc être vérifié. La seule différence est que les réductions de postes chez les pilotes (594 postes) pourra se faire davantage sous forme de transfert dans d'autres compagnies comme Transavia. Des compagnies chinoises nous ont également sollicités. Mais nous avons également proposé à des personnels au sol de devenir PNC chez Transavia. Quant aux primes évoquées, qui sont tout de même un micro-sujet ramené à l'ensemble des mesures, leur montant est directement proportionnel au niveau de rémunération des pilotes. Elles peuvent paraître élevées mais elles correspondent à un partage entre le pilote et l'entreprise de l'économie de salaire réalisée grâce au transfert.

Vous avez annoncé en interne une nouvelle organisation pour 2013. De quoi s'agit-il ?
Nous avons effectivement annoncé hier matin aux cadres de l'entreprise la mise en place, au 1er janvier 2013, d'une nouvelle organisation, qui soutiendra la réalisation du plan Transform 2015. Son architecture est encore en cours d'élaboration et sera présentée courant octobre. Elle reposera sur deux grands principes : responsabiliser davantage les équipes à travers la mise en place d'unités économiques, plus réactives et aux moyens renforcés, et se focaliser toujours plus sur le client. Aujourd'hui, l'organisation d'Air France repose globalement sur trois grands métiers : la maintenance, le cargo et le passage, le plus gros morceau, qui représente 80% de l'activité. L'idée est de définir un découpage plus fin, en constituant des unités plus petites, qui seraient responsables de leur performance économique et de la satisfaction des clients.

Cette réorganisation s'accompagnera-t-elle d'un renouvellement des cadres dirigeants ou encore d'une simplification de la hiérarchie, comme vous l'aviez évoqué ?
Il y aura sans doute des évolutions, dont je réserve la primeur à l'interne ! Mais nous avons au sein de la compagnie tous les talents nécessaires. Concernant la simplification des structures, mon objectif est toujours de ne pas avoir plus de six niveaux hiérarchiques. Aujourd'hui, on peut en compter jusqu'à 14…

Où en est le projet de pôle régional français et que va devenir Cityjet ?
Le schéma du PRF, qui associera Brit Air, Regional et Airlinair, sera présenté la semaine prochaine en CE, avec un objectif de démarrage en avril prochain. Les différents centres de maintenance et de formation seront préservés. Même chose pour les sièges sociaux : il ne me semble pas utile de faire bouger tout le monde sous un même toit pour mieux travailler ensemble, grâce aux nouvelles technologies et à la bonne volonté de chacun. Quant à City Jet, cette compagnie irlandaise n'a pas sa place dans le pôle régional français, mais pour le reste, rien n'a encore été décidé.

Quel est le bilan économique des bases de province de Marseille, Nice et Toulouse, dont on dit qu'elles n'ont pas génére autant de trafic qu'attendu ?
C'est un succès opérationnel, qui montre que nous pouvons innover et être réactif. Et c'est un succès en termes d'esprit d'équipe et de mobilisation, même si nous n'atteignons pas encore nos objectifs en termes de recettes. C'est en partie dû à la forte saisonnalité du trafic sur ces bases que nous avions sous-estimée. Et ce projet arrive malheureusement au moment où toutes les compagnies européennes souffrent sur les réseaux court et moyen-courriers. Nous allons donc à nouveau adapter les programmes et expérimenter de nouvelles méthodes de commercialisation. Nous ferons le point en septembre 2013 et nous en tirerons alors les conséquences pour l'avenir de ces bases.

Plus généralement, êtes-vous en ligne avec vos objectifs au sortir de l'été ?
Le maître mot de la situation actuelle reste l'incertitude. Outre les fluctuations du pétrole, dont le cours a évolué sur l'année entre 126 et 90 dollars, et qui reste la donnée la plus difficile à gérer, nous observons un décalage des décisions d'achats des clientèles loisir et affaires, qui ont de plus en plus tendance à réserver à la dernière minute. Les passagers jouent un peu plus avec nos nerfs. Mais jusqu'à présent, nous observons toujours un rattrapage grâce aux réservations de dernière minute. L'été s'est bien passé, nos chiffres de trafic restent bons et nous commençons à percevoir une première inflexion de nos coûts. Nous sommes donc parfaitement dans les clous par rapport à nos prévisions et nous devrons atteindre notre objectif d'un second semestre 2012 meilleur que celui de 2011. Au-delà, nos prévisions restent inchangées : nous commencerons à réduire notre dette dès fin 2012 et nous visons toujours le retour à une profitabilité très positive en 2014. Pour le moment, il n'est pas nécessaire de durcir le plan pour atteindre nos objectifs. Et j'ai le sentiment qu'un début de confiance s'installe sur notre capacité à réussir notre redressement.

Transavia pourrait-elle sauver les lignes qu'Air France veut abandonner comme CDG/Strasbourg ?
La vocation de Transavia est de développer le trafic touristique en ouvrant de nouvelles destinations, ce qui n'est pas le cas de Strasbourg. Dans certains cas, elle pourra éventuellement compléter l'offre d'Air France, pour contrer la concurrence low cost. C'est ce que nous allons faire sur Tunis par exemple. Mais dans le cas de Strasbourg, le TGV a fait s'écrouler le trafic et cette ligne est devenue l'une des plus déficitaires, avec 10 millions d'euros de pertes annuelles. Nous préparons donc un accord de pré-acheminement avec la SNCF.

À lire aussi

Frenchbee

|

L’année 2024 semble marquer une nouvelle ère pour FBU qui a fait son premier mois...

Air France

Ce 23 février, s’est tenue la 1ère réunion sur le partage de la valeur. Seuls...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement Long Courrier du mois de février 2024. La lecture complète...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement MC-CC du mois de février 2024. La lecture complète de...

Air France

Nous avons adressé ce 16 février un courrier à M. Eric Caron Directeur Général Adjoint...

Air France

L’accord NAO a été valablement ratifié. Il s’agit d’un accord « en central », c’est-à-dire...

Air France

|

A la demande du SNPNC un atelier "gestion paie" a été organisé avec l’ensemble des...

Air Austral

|

Il y a des habitudes qui ont la peau dure ! C’est par voie de...

Air Austral

|

Malgré une multitude de relances, plusieurs sujets sont toujours en souffrance ou ne s’améliorent pas...

Air France

|

Voici la check-list SNPNC de janvier 24. Retrouvez ici toutes les infos issues des réunions...