Actualité de votre compagnie

Restez informés

easyJet – consultation des adhérents

3969-cover-sondage

LE SONDAGE EST EN BAS DE PAGE

 

Le torchon brûle

Les négociations annuelles ont été le catalyseur d’une situation très dégradée à easyJet, un moral en berne des effectifs dû à ces périodes durant lesquelles la Compagnie n’a pas effectué son travail de communication dès le début de la crise Covid, laissant les PNC dans le flou total. Le manque de reconnaissance est flagrant et dévastateur, il suffit d’échanger avec un équipage pour constater les dégâts.  Le taux d’absentéisme atteint des niveaux jamais observés depuis juillet dernier, bien avant le pic lié aux cas contact Omicron, absentéisme tout de suite considéré comme « de complaisance » par easyJet, alors que toute entreprise aurait pris ces taux comme un signal d’alarme démontrant un mal-être grandissant.

Enfin, le dénigrement de la France et des français est très présent sur LUTON, « only the French complain »,

 

bah oui, et alors ?  La France c’est le 2è marché d’easyJet alors si on prend l’argent des clients français on prend la culture qui va avec.

 

Une politique bagage ridicule

Non contente d’avoir dégoûté une grande partie de ses PNC, la direction a mis en place une politique bagage qui démontre à nouveau qu’elle n’a aucune idée de ce qui se passe vraiment sur le terrain.  En effet, depuis la mise en place de la nouvelle politique bagages V1 et V2, les embarquements sont systématiquement émaillés par des altercations avec les clients.  Les clients sont nombreux à exprimer leur mécontentement sur les réseaux sociaux, leurs commentaires sont affligeants.  En conséquence de cette politique les PNC débutent chaque embarquement la boule au ventre.  Pire, cette politique bagage fait fuir nos clients vers la concurrence qui se frotte les mains.

Sa mise en place démontre la vision court-termiste d’easyJet, engranger du cash tout de suite, peu importe les conséquences sur le long terme.  Quand tous nos clients seront partis chez transavia, c’est sûr que les problèmes de bagages seront moins fréquents.  

C’est peut-être ça la stratégie en fait.

 

Compresser les PNC au maximum

Comme si squeezer les PNC avec des plannings souvent irréalisables, des embarquements houleux ne suffisait pas, la direction en rajoute une couche et veut réduire le temps de préparation cabine de 5’ sur les vols en 1st wave, « ça passera, on donnera la possibilité aux équipages de gérer leur temps » (ce qu’il faut traduire en langage normal par : c’est comme ça et point barre), et sans complexe, la direction, assume le risque que des tâches soient mal faites tant au niveau sécurité que sûreté, en conséquence de ce temps réduit.  Bref des managers « bonus driven » et éloignés du terrain, décrètent que nous pouvons travailler plus vite juste parce qu’ils l’ont décidé, peu importent les conséquences.   

Écouter ceux qui sont sur le terrain ?   Naaannn pas la peine.

 

Rendre la vie des PNC impossible

Depuis des mois la direction refuse, sous des prétextes qui changent selon l’interlocuteur, de rouvrir complètement le trip trade compliquant ainsi la vie des PNC habitués à gérer leur fatigue et leur vie sociale/familiale grâce à ce système d’échanges.

Comment oublier le chaos sur les biddings vacances cette année, entre un département LEAVE obtus qui avait décidé d’ignorer nos accords collectifs et un système informatique inadapté.  

À se demander si tout Luton ne s’est pas donné comme but commun de rendre la vie des PNC impossible.

 

Un mépris décomplexé

Comme on a pu l’observer il y a plusieurs années, lorsqu’easyJet a été attaquée en justice par des associations de personnes à mobilité réduite, la direction de la compagnie ne sait pas gérer les situations qui touchent le handicap.  Cela s’est confirmé ces dernières semaines, à l’interne cette fois-ci, concernant des salariés dont les enfants ont des besoins particuliers.  

En effet, lorsque nous avons demandé que des points supplémentaires soient retirés du LEAVE CARD en cas d’enfant handicapé, la réponse a été : ce n’est pas une obligation légale alors pourquoi le ferions-nous ? …  

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’avoir un enfant avec des besoins différents n’est pas un choix, et ce n’est pas toujours facile, et, refuser de simplifier la vie de ces parents est juste ignoble. 

En arriver à un tel mépris c’est du jamais vu, la réponse est écœurante et démontre la suffisance des équipes de Luton.  Ces mêmes équipes qui nous distillent des thank you, à longueur d’été juste pour nous brosser dans le sens du poil pour qu’on accepte un DDO.

 

Pas de licenciement en France … Certes, mais…

Parce qu’il faut rester honnête, même en période de désaccord, on peut se féliciter qu’aucun départ contraint lié au Covid n’ait été observé, certes, et la direction le rappelle à chaque opportunité.  

Mais creusons plus loin, c’est uniquement parce que des accords ont été signés et que l’état français a mis en place le quoiqu’il en coûte que cela a été possible, la seule bonne intention d’easyJet n’est absolument pas la raison du maintien des emplois en France.  

Licencier ça coûte cher, très cher, et la direction a fait ses calculs, licencier puis réembaucher à la reprise, revient beaucoup plus cher que d’utiliser les dispositifs type APLD en France.  Aussi, quand la direction met en avant les centaines de licenciements qu’elle a prononcés dans d’autres pays, comme argument ultime pour qu’on s’estime heureux, sa position n’est pas totalement légitime, car les dispositifs d’urgence, et généreux, type APLD, mis en place en France, n’ont pas d’égal dans d’autres pays.   Nous ne devons rien à easyJet sur ce point, nos remerciements doivent plutôt se tourner vers la solidarité nationale.

Par ailleurs, et on le constate tous, malgré les efforts des PNC lors de la reprise, et particulièrement depuis l’été passé, période durant laquelle nos plannings ont été modifiés si souvent, il est devenu impossible d’organiser sa vie personnelle.  Or être navigant c’estun métier, nous n’avons pas à être disponibles H24 sous prétexte que nous devons être flexibles en permanence, nous avons une vie sociale, de couple, une vie familiale, et même si nous sommes tous passionnés par notre métier il est nécessaire de maintenir un équilibre entre travail et vie personnelle, en ce moment cet équilibre n’existe plus.  

Enfin, malgré ces efforts, les PNC subissent un acharnement des membres de l’encadrement, les FTG ou UNFIT sont quasi systématiquement remis en question et les SICK font l’objet d’un contrôle jamais observé.  Or à force de tirer sur la corde, à force de modifier les plannings, les PNC « pêtent un plomb »… Burn out… Arrêt maladie.

 

Vous voilà briefé, à vous de décider maintenant

Face à cette situation où nos conditions de travail se détériorent de plus en plus, les organisations syndicales estiment qu’il est temps de réagir avec fermeté.  Seulement, réagir sans votre soutien serait inutile, c’est pourquoi nous vous demandons de vous positionner sur les revendications suivantes avant le 13 février 2022, 10:59L en utilisant le lien plus bas: 

 

Les Organisations syndicales (OS), UNAC et SNPNC, dénoncent le mépris de la Direction d'easyJet vis à vis de ses PNC et revendiquent :

 

–  L’amélioration de la politique bagage mise en place récemment car elle créé trop de conflits à bord avec nos clients, 

– Une stabilité et un meilleur équilibrage des plannings PNC, 

– La réouverture complète du trip trade jugée comme "low priority" par la direction et pourtant absolument nécessaire pour les PNC,

– La mise en place de rythme de travail type split-week, particulièrement dans les situations familiales lourdes type garde alternée,

– Le retrait de 100 points sur le LVE card des parents d'enfants handicapés,

–  La modification du nombre de jours de vacances à poser pour activer des WDO pour les temps alternés,

– Un engagement de versement de bonus en 2023.

 

Nous sommes convaincus qu’il est temps de se mobiliser avant qu’easyJet ne devienne un « Ryanair bis » voire pire, et nous ne pourrons agir qu’avec VOTRE SOUTIEN COMPLET.

 

Nous vous demandons de ne voter qu’une fois, en cas de vote multiple seul le dernier sera retenu.

Les noms des votants et leur vote sont garantis confidentiels.

 

 

 

À lire aussi

Air France

La première réunion de discussion s’est tenue ce jour, vendredi 17 mai. Pour rappel, seules...

SNPNC

SNPNC

Ce vendredi 17 mai est la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et...

Air France

|

Le temps alterné “retraite” est un aménagement du temps de travail accordé par l’employeur. Il...

Air France

|

Voici la check-list SNPNC de Mai 24. Retrouvez ici toutes les infos issues des réunions...

Air Austral

|

Chers collègues, nous pouvons enfin mettre un point final à cette saga qui dure depuis...

Air Austral

|

Chers collègues, hier s’est tenu un rendez-vous crucial dans les négociations sur un Accord de...

Vueling

Chers / Chères PNC, vous avez récemment reçu un mail de Vueling, destiné à vous...

Vueling

Le SNPNC-FO maintient son préavis à l’heure actuelle pour les journées des 8 au 12...

Air Austral

|

Nous avons affaire à une réelle pièce de théâtre, une dramaturgie mise en scène par...

Air France

|

Compte rendu SNPNC du Comité hébergement MC-CC du mois d’avril 2024. Pour rappel vos retours...