Actualité de votre compagnie

Restez informés

Eléments concernant l’annonce faite au CCE d’AF

1095-cover-afhome1

Air France va réduire d'un quart sa flotte – Air France réorganise ses vols court- et moyen-courrier – Air France privilégie le low-cost – Communiqué de la direction d’AF. Point d’étape Transform 2015 : Présentation du projet industriel et stratégique.

Air France va réduire d'un quart sa flotte – Air France réorganise ses vols court- et moyen-courrier – Air France privilégie le low-cost – Communiqué de la direction d’AF. Point d’étape Transform 2015 : Présentation du projet industriel et stratégique.

Au cours du CCE extraordinaire de ce jour jeudi 24 mai, le Président Alexandre de Jugnac déclare : " nous pouvons éviter des départs non volontaires, on pense que c'est possible! " Par ailleurs il précise : "des réponses sur le périmètre de l'emploi PS/PN seront apportées le 28 juin lors du prochain CCE." Nos commentaires : une menace sur l'emploi en pleinne négociation du plan TRANSFORM avec 20% d'économie à trouver sur le coût des PNC, s'apparante à un chantage à la signature.

Air France va réduire d'un quart sa flotte

Si Air France veut toujours éviter les « départs contraints », la compagnie a reconnu que sa restructuration conduira à un « sureffectif », dont elle dévoilera l'ampleur dans la deuxième quinzaine de juin. C'est la première fois qu'Air France, qui compte 53.000 salariés, reconnaît publiquement être confrontée à un sureffectif. Des informations de presse ont évoqué cette semaine un plan de départs volontaires visant 2.500 à 3.000 salariés. Le gel des embauches se traduit déjà par environ 800 suppressions de postes par an, compte tenu des départs naturels.

La compagnie a également annoncé dans un communiqué une réduction de près d'un quart de sa flotte court et moyen-courrier à l'horizon 2014, avec le retrait de 34 avions sur 145 en service actuellement.

Dans le même temps, la flotte de sa filiale à bas coûts Transavia France sera en revanche renforcée. Elle devrait quasiment tripler pour passer à 20 ou 22 appareils en exploitation d'ici 2015-2016, contre 8 actuellement.

Air France a par ailleurs affirmé vouloir proposer une nouvelle offre « moins chère » en classe économique.

En janvier, Air France/KLM avait annoncé un plan baptisé Transform 2015 visant deux milliards d'économies en trois ans, avec des mesures immédiates et un volet plus structurel attendu en juin. Les décisions du début d'année destinées à stopper l'hémorragie de trésorerie comprenaient un gel des embauches et des salaires en 2012 et 2013, la fermeture de lignes, des billets réduits moins nombreux, ainsi qu'un gel d'investissements et une réduction de frais généraux.

Dans la foulée, un vaste chantier de renégociation des accords d'entreprise (avancements, promotions, temps de travail, prise de congés, composition d'équipage, etc.) a été lancé avec pour objectif un gain de 20% de la productivité et de l'efficacité économique.

Air France réorganise ses vols court- et moyen-courrier

La compagnie Air France a dévoilé jeudi une réorganisation de ses vols court- et moyen-courriers qui prévoit en particulier la création d'un pôle régional regroupant trois compagnies existantes et la montée en puissance de la compagnie "low cost" Transavia.
Air France-KLM, qui veut également ouvrir de nouvelles lignes long-courriers et améliorer la qualité de son service sur ce segment lucratif, dit avoir décelé des sureffectifs dont le volume sera précisé dans la deuxième quinzaine de juin.
Le numéro deux européen du transport aérien, dont l'Etat français détient 15,9%, veut économiser deux milliards d'euros d'ici fin 2014 afin de réduire sa dette d'autant, en réduisant à la fois ses investissements dans sa flotte et ses effectifs.
Le groupe franco-néerlandais affiche des coûts du personnel supérieurs à ceux de ses deux principaux concurrents, Lufthansa – qui a récemment annoncé 3.500 suppressions de postes – et IAG (British Airways-Iberia).
Pour la seule compagnie Air France, plus mal en point que KLM, le groupe compte réduire de 20% les coûts dont elle a la maîtrise, notamment liés au personnel, avec pour objectif de revenir en 2014 à l'équilibre financier.
Air France a annoncé dans un communiqué un projet de regroupement de ses filiales régionales françaises Régional, Brit Air et Airlinair en un seul pôle.
La flotte de la compagnie "low cost" Transavia France sera parallèlement portée entre 20 et 22 Boeing 737 d'ici 2015-2016, contre huit actuellement.
Pour faire face à la concurrence des compagnies "low cost" comme easyJet et Ryanair, Air France a ouvert depuis octobre dernier trois "bases provinces" à Marseille, Toulouse et Nice, dont le principe est d'économiser 15% sur les coûts unitaires en faisant davantage tourner les équipages et les avions.
Air France précise qu'elle va répliquer ce modèle économique sur son réseau court et moyen courrier sans pour autant annoncer l'ouverture d'une nouvelle base en tant que tel. La "base province" consiste à faire partir d'un aéroport de province des équipages de vols moyen-courriers directs et non des aéroports parisiens.
NOUVEAU PLAN DE DÉPARTS VOLONTAIRES À L'HORIZON
Les départs naturels non remplacés sont estimés à 2.400 au total pour les trois ans à venir, voire plus si la modification annoncée des lois sur les retraites permet à ceux ayant commencé à travailler à 18 ans et suffisamment cotisé de partir à 60 ans.
Pourrait s'y ajouter un plan de départs volontaires susceptible de concerner quelque 2.500 personnes, selon des estimations récemment évoquées par la presse, démenties par la direction et non confirmées par les syndicats.
La direction d'Air France a une nouvelle fois réaffirmé sa volonté d'éviter des licenciements secs – en particulier juste au moment des départs en vacances d'été.
La compagnie avait déjà mis en oeuvre en 2010 un plan de départs volontaires auquel avaient pris part 1.800 personnes. Elle employait 70.300 personnes fin 2011, soit plus des deux tiers des effectifs globaux du groupe, dont plus de 50.000 au sol et 5.200 pilotes, le solde regroupant les hôtesses et stewards.
Début mai, Air France-KLM avait dit s'attendre à un creusement de sa perte opérationnelle au premier semestre, avant de récolter dans la deuxième partie de l'année les premiers fruits de son plan de restructuration.
Après avoir dû accepter le gel des embauches et des salaires, les syndicats souhaitent obtenir l'assurance que le personnel sera récompensé de ses efforts si la situation d'Air France s'améliore à nouveau, dans un secteur promis à une solide croissance annuelle de son trafic, notamment grâce à l'Asie.
"Nous souhaitons une clause de retour à bonne fortune, de manière à ce que, si l'entreprise devait à nouveau faire un bond en avant (…), les salariés soient récompensés de l'effort qui est consenti", a déclaré Philippe Chassonnery (FO).

Air France privilégie le low-cost

Air France, forcée de réduire ses coûts et de gagner en productivité, a fait jeudi un point d'étape sur son projet Transform 2015 qui va privilégier une montée en puissance de la filiale "low-cost"Transavia et des filiales régionales et une réduction de sa flotte court et moyen courrier. "Il n'y a pas de grande révolution dans les annonces", a commenté Michel Salomon, responsable CFDT à l'issue du comité central d'entreprise. Pour Franck Mikula de l'Unac, "il n'y a pas d'annonce spectaculaire, mais pas non plus de garantie sur l'emploi". Michel Colsy de l'Unsa aérien a estimé que "la montagne avait accouché d'une souris". "Ce plan nous laisse sur notre faim, il manque de souffle", a-t-il ajouté.

Selon les syndicats,Transavia va passer à l'horizon 2015 de 8 à 20-22 avions et d'autre part les filiales Régional, Britair et Airliner vont être regroupées et reprendre une partie de l'activité au départ du hub de Roissy et des vols sans correspondance au départ d'Orly.

L'envolée des prix du carburant et la concurrence féroce des compagnies à bas coût et du Golfe ont placé le groupe Air France/KLM dans une situation difficile, avec des pertes de plus de 800 millions d'euros en 2011 et une lourde dette (6,5 milliards).
Dans ce contexte dégradé, Jean-Cyril Spinetta est revenu aux commandes du groupe à l'automne, tandis qu'Alexandre de Juniac a pris la tête de l'entité Air France.
L'objectif de Transform 2015 est d'économiser 2 milliards d'euros sur trois ans.
En janvier, une premier série de mesures à effet immédiat a été annoncée (gel des embauches et des salaires en 2012 et 2013, fermeture de lignes, billets réduits moins nombreux, gel d'investissements). Dans la foulée, un vaste chantier de renégociation des accords d'entreprise (avancements, promotions, temps de travail, prise de congés, composition d'équipage, etc.) a été lancé avec pour objectif un gain de "20% d'efficacité économique".

Les discussions vont se poursuivre de manière intensive ces prochaines semaines et un prochain CCE est fixé au 28 juin.

Communiqué de la direction d’AF. Point d’étape Transform 2015 : Présentation du projet industriel et stratégique

jeudi 24 mai 2012

Conformément au calendrier prévu, Alexandre de Juniac, Président-directeur général d’Air France, a présenté aujourd’hui, au cours d’un nouveau point d’étape du plan Transform 2015, le projet industriel et stratégique d’Air France au Comité Central d’Entreprise et aux cadres de la Compagnie. Ce projet vise à retrouver la compétitivité et à repositionner le produit et le service au client au meilleur niveau mondial.

Air France a fait le choix de maintenir les grandes lignes de son périmètre d’activité, ce qui passe, compte tenu de la situation financière de la Compagnie, par une amélioration de 20% de la productivité et de l’efficacité économique. Air France a ainsi pour ambition de retrouver une dynamique de rentabilité permettant un retour à la croissance.

Ce projet s’intègre dans l’effort de redressement du groupe Air France KLM où les deux compagnies Air France et KLM mettent en œuvre des mesures de transformation visant un retour rapide à l’équilibre du groupe.

Le projet industriel et stratégique d’Air France, résultat des travaux de sept groupes de projet, se décline en cinq axes :

1 – Restructurer l’activité court et moyen-courrier 

Pour retrouver sa compétitivité, l’activité court et moyen-courrier du Groupe Air France, aujourd’hui fortement déficitaire, va se restructurer autour de trois pôles complémentaires : Air France, un pôle régional français et Transavia France.
L’activité court et moyen-courrier exploitée en moyens propres par la compagnie Air France comprendra les vols alimentant l’activité long-courrier du hub de Paris-Charles de Gaulle, les lignes à forte clientèle affaires en France et en Europe ainsi que les vols au départ des bases de Marseille, Toulouse et Nice.
Le pôle régional français rassemblera les compagnies Regional, Britair et Airlinair. Celles-ci exploiteront des vols vers le hub de Paris-Charles de Gaulle pour le compte d’Air France, ainsi que des vols point-à-point au départ de Paris-Orly et du réseau domestique, hors bases.
Le pôle « loisirs » constitué par Transavia France exploitera des vols vers des destinations européennes et du bassin méditerranéen au départ de Paris-Orly et de métropoles régionales (hors Marseille, Nice et Toulouse). A l’horizon 2015-16, Transavia France devrait exploiter 20 à 22 avions, contre 8 actuellement.

Ces trois pôles permettront à Air France de mettre en avant les atouts de son offre en moyens propres (fréquences, programme de fidélité, réseau), d’optimiser l’organisation de son activité de vols « régionaux » et de tirer un meilleur parti de la croissance du segment d’activité « loisirs » avec Transavia France.

Pour augmenter la productivité, la Compagnie va restructurer son réseau court moyen-courrier en s’appuyant sur les principes mis en place sur ses bases de Marseille, Toulouse et Nice : le temps d’utilisation des avions sera augmenté de plus d’une heure par jour et les équipages effectueront davantage de temps de vol par rotation.

Tout en offrant le même nombre de siège-kilomètre offert et en conservant la qualité de son produit, le Groupe Air France pourra de cette manière retirer 34 avions de sa flotte court et moyen-courrier à l’horizon 2014 (hors Transavia France).

Air France va également renouveler son offre sur tous ses segments. Les prestations offertes en classe Business seront repensées. En classe Economy, une nouvelle offre, allégée et moins chère, sera proposée pour les voyageurs qui privilégient le prix, tout en continuant à proposer un produit tout compris. Air France augmentera par ailleurs la générosité de Flying Blue pour les clients fréquents du réseau domestique et proposera des offres d’abonnement sur son réseau européen.

Air France va également clarifier son offre en alignant les noms des produits moyen-courriers et long-courriers : Business, Premium Eco et Economy.

2- Redresser et repositionner l’activité long-courrier 

Sur le long-courrier, Air France entend redresser son réseau autour de trois axes : faire plus efficace pour retrouver une dynamique de croissance, faire mieux en respectant son contrat de base avec le client et faire la différence par la qualité de ses produits et services.

Pour retrouver une dynamique de croissance et améliorer sa performance économique, la Compagnie va ouvrir de nouvelles liaisons à fort potentiel, rendues possibles par la baisse des coûts et une plus grande productivité des personnels navigants. Air France développera les routes porteuses en hiver et sera en mesure de modifier plus rapidement la configuration des cabines sur sa flotte de Boeing 777. Les routes qui demeureront sans perspective de rentabilité seront quant à elles suspendues.

A toutes les étapes du vol, Air France entend améliorer ses produits et services en mettant notamment l’accent sur la ponctualité, en développant de nouveaux services et en s’appuyant sur les nouvelles infrastructures mises à sa disposition à Paris-Charles de Gaulle dans le cadre du projet Hub 2012.

Air France a pour ambition de positionner les classes La Première et Business au meilleur niveau mondial en travaillant sur toutes les composantes de l’offre. Ceci se traduira notamment par un service plus personnalisé et plus proche du client, des prestations améliorées et des investissements dans de nouvelles cabines en classes La Première et Business pour les Boeing 777 et Airbus A380 dès 2014. Cette ambition sera également déclinée en classe Economy, constituant le réservoir de croissance de la Compagnie, notamment par de nouveaux systèmes de distraction à bord.

L’ensemble de ces investissements reste bien entendu soumis à la réussite du plan d’économies.

3 – Optimiser le fonctionnement des services en aéroports et l’efficacité économique des escales 

Pour faciliter et améliorer le parcours des clients en aéroports, Air France va développer l’utilisation des nouvelles technologies pour permettre l’embarquement de manière autonome et fluidifier la dépose bagages.

A Paris-Charles de Gaulle, la Compagnie inaugurera prochainement de nouvelles installations et de nouveaux services au terminal 2E, dont le plus grand salon Business de son réseau. Les arrivées des vols matinaux se feront dans une plage horaire plus large pour améliorer le confort et les services rendus aux passagers (réduction du temps d’attente au contrôle d’immigration, etc.).

L’efficacité économique des escales sera par ailleurs améliorée en réduisant les achats, en simplifiant les process et en augmentant la productivité.

4 – Accélérer la transformation du cargo 

Evoluant dans un contexte dégradé, l’activité fret va poursuivre et accélérer les efforts fournis depuis trois ans pour réduire ses coûts et améliorer sa performance économique notamment en déployant une nouvelle politique commerciale, en améliorant la productivité des équipes commerciales et en ramenant la flotte tout cargo de 5 à 4 appareils. L’intégration complète avec KLM Cargo et Martinair sera finalisée et de nouvelles synergies seront recherchées avec les escales de province et à l’international.

Ces éléments devront permettre à l’activité fret de contribuer de manière positive au résultat de l’activité long-courrier de la Compagnie.

5 – Développer les segments porteurs de la maintenance et optimiser l’entretien avions

L’activité maintenance a pour ambition de s’affirmer comme l’un des deux plus grands acteurs mondiaux des segments « Equipements et Moteurs » en développant cette activité à fort potentiel de croissance, en améliorant son efficacité économique et en augmentant le chiffre d’affaires réalisé auprès de compagnies tierces.

La performance du segment « Entretien avions » sera optimisée pour redevenir compétitive par rapport au marché : les activités hangars seront restructurées, les coûts et modes de fonctionnement optimisés pour contribuer à la performance des autres activités de la Compagnie.

Les conditions de réussite de Transform 2015

Pour réussir cette transformation en profondeur, Air France a entrepris la rénovation de son organisation pour la rendre plus simple, plus réactive et centrée entièrement sur le client. A titre d’exemple, de nouveaux moyens seront engagés pour mettre les services mobiles et les ventes en ligne au cœur de la relation commerciale, avec notamment un objectif de 3 à 3,5 milliards d’euros de ventes en ligne en 2015 contre 2 milliards en 2011.

Pour gagner 20% d’efficacité économique par la voie du dialogue social, des négociations sont en cours depuis fin mars avec les syndicats représentatifs des personnels au sol, des personnels navigant techniques et des personnels navigant commerciaux. Celles-ci ont pour objectif de rechercher des mesures structurelles et pérennes, inscrites dans des accords d’entreprise, permettant d’accompagner le projet industriel et stratégique et de limiter l’évolution de la masse salariale.

Air France y travaille dans un esprit de transparence où tous les thèmes sont abordés, avec pour priorité d’aboutir à la signature de nouveaux accords fin juin.

Sur la base de ce projet stratégique et dans le cadre des nouvelles dispositions conventionnelles en cours de négociation, il se confirme qu’Air France aura à faire face à un sureffectif. Le volume de ce sureffectif sera précisé dans la deuxième quinzaine de juin au vu des résultats des négociations et des derniers arbitrages sur le plan Transform 2015. La discussion sur les mesures de traitement du sureffectif sera alors engagée. Eviter le recours aux départs contraints reste un objectif.

« Air France est maintenant dotée d’un projet industriel et stratégique adapté. Les objectifs sont ambitieux mais atteignables. Les conditions de réussite sont claires : Air France devra rénover son organisation et gagner 20% d’efficacité économique. Pour y arriver, nous avons privilégié le dialogue social. J’ai confiance dans l’implication de l’ensemble des salariés d’Air France pour atteindre notre objectif : replacer Air France sur une trajectoire de croissance rentable, porter le service au client au meilleur niveau et consolider son avenir, dans un contexte de concurrence internationale très rude » a déclaré Alexandre de Juniac, Président-directeur général d’Air France. 

sources : Projexa

À lire aussi

Air France

La première réunion de discussion s’est tenue ce jour, vendredi 17 mai. Pour rappel, seules...

SNPNC

SNPNC

Ce vendredi 17 mai est la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et...

Air France

|

Le temps alterné “retraite” est un aménagement du temps de travail accordé par l’employeur. Il...

Air France

|

Voici la check-list SNPNC de Mai 24. Retrouvez ici toutes les infos issues des réunions...

Air Austral

|

Chers collègues, nous pouvons enfin mettre un point final à cette saga qui dure depuis...

Air Austral

|

Chers collègues, hier s’est tenu un rendez-vous crucial dans les négociations sur un Accord de...

Vueling

Chers / Chères PNC, vous avez récemment reçu un mail de Vueling, destiné à vous...

Vueling

Le SNPNC-FO maintient son préavis à l’heure actuelle pour les journées des 8 au 12...

Air Austral

|

Nous avons affaire à une réelle pièce de théâtre, une dramaturgie mise en scène par...

Air France

|

Compte rendu SNPNC du Comité hébergement MC-CC du mois d’avril 2024. Pour rappel vos retours...