Actualité de votre compagnie

Restez informés

Frayeur à l’atterrissage pour le dernier vol Air France de l’année

Imprimer

Le dernier vol Air France de l’année 2010 à se poser en Guyane a connu un atterrissage mouvementé aux alentours de 19h30 vendredi. Une première tentative d’atterrissage a échoué, le commandant de bord ayant dû remettre les gaz in extremis. Il y avait un autre avion d’Air France sur la piste, celui s’apprêtant à décoller pour Orly.

Le dernier vol Air France de l’année 2010 à se poser en Guyane a connu un atterrissage mouvementé aux alentours de 19h30 vendredi. Une première tentative d’atterrissage a échoué, le commandant de bord ayant dû remettre les gaz in extremis. Il y avait un autre avion d’Air France sur la piste, celui s’apprêtant à décoller pour Orly.

A-t-on frôlé la catastrophe vendredi soir à Rochambeau ? Le vol Air France 3974 en Airbus A 320 qui s’était envolé vendredi de Pointe-à-Pitre à 14h55 locales (15h55 à Cayenne) et s’apprêtait à se poser en Guyane après l’escale habituelle en Martinique.

Au moment de la première tentative d’atterrissage de ce dernier vol Air France de l’année pour Rochambeau, les passagers de l’Airbus A 320 en provenance des Antilles ont tous eu la sensation que l’avion avait touché le sol avant de remettre les gaz, y compris les hôtesses à bord interrogées à la sortie de l’avion.

Peu de temps après avoir repris de l’altitude, le commandant de bord a fait une annonce aux passagers expliquant qu’il avait dû in extremis renoncer à l’atterrissage car « un avion se trouvait sur la piste (de Rochambeau, ndlr) » et que la distance ne lui paraissait « pas suffisante » pour atterrir.

« La tour de contrôle nous avait indiqué qu’il y avait la place pour atterrir, j’ai considéré que ce n’était pas le cas car, sur la piste, il y avait un autre avion, au décollage » a précisé le commandant de bord à sa sortie d’avion.

Au sujet de la sensation partagée par les passagers sur le fait que l’avion aurait touché le sol avant de remettre les gaz : « En réalité, cette sensation a été provoquée par les turbulences de l’autre avion. Au plus bas, nous étions à 30 mètres du sol » a encore indiqué vendredi soir le commandant de l’Aibus A 320.

L’avion a finalement pu atterrir normalement quelques minutes après son premier atterrissage avorté.

Samedi 1er janvier, joint par téléphone, le contrôle aérien de Rochambeau a donné sa version des faits sur l’incident de vendredi soir : « Il y avait deux avions d’Air France, l’avion d’Air France au départ pour Orly qui était sur la piste et l’avion d’Air France en provenance des Antilles qui arrivait » a expliqué un contrôleur aérien, se basant sur le compte-rendu de son collègue en poste la veille. « Lorsque le pilote de l’avion prévu pour Orly a demandé l’autorisation de décoller, le contrôle lui a demandé s’il pouvait être en l’air en trois minutes, il a répondu oui. Le contrôle lui a donc donné l’autorisation de décoller mais le problème, c’est que, selon le compte rendu du contrôleur aérien, il lui aurait fallu 4 minutes 30 pour décoller. »

Selon le contrôle aérien de Rochambeau, l’avion d’Air France en provenance des Antilles était annoncé « à 5 minutes » de l’atterrissage au moment où celui devant décoller pour Orly, « a demandé à pouvoir pénétrer sur la piste pour décoller ».

Et ce contrôleur aérien d’ajouter : « il faudrait examiner toutes les écoutes de bandes avec les timing précis… mais pour simplifier disons que l’avion qui s’était engagé à décoller en 3 minutes l’aurait fait en 4 minutes 30. Le second avion aurait alors dû se poser 30 secondes derrière l’autre ce qui se serait avéré manifestement trop court c’est donc pour cela qu’il y a eu une remise de gaz et une nouvelle procédure. »

Et une belle frayeur pour les passagers au moment du « choc » ressenti peu avant cette brusque remise des gaz qui vous plaque contre votre siège. En revanche, pas le moindre cri dans l’avion au moment de l’incident. Un silence de cathédrale. Et puis des passagers qui vont serrer la main du commandant de bord juste avant de quitter l’appareil. Et le remercient.

Source : LeTélégramme.com – 01 janvier 2011
 

À lire aussi

Air France

Les résultats viennent de tomber, le groupe Air France dégage un bénéfice net supérieur à...

Air Austral

|

Suite au Conseil de Surveillance du 31 janvier dernier, suivi d’un CSE extraordinaire le 5...

Frenchbee

|

L’année 2024 semble marquer une nouvelle ère pour FBU qui a fait son premier mois...

Air France

Ce 23 février, s’est tenue la 1ère réunion sur le partage de la valeur. Seuls...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement Long Courrier du mois de février 2024. La lecture complète...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement MC-CC du mois de février 2024. La lecture complète de...

Air France

Nous avons adressé ce 16 février un courrier à M. Eric Caron Directeur Général Adjoint...

Air France

L’accord NAO a été valablement ratifié. Il s’agit d’un accord « en central », c’est-à-dire...

Air France

|

A la demande du SNPNC un atelier "gestion paie" a été organisé avec l’ensemble des...

Air Austral

|

Il y a des habitudes qui ont la peau dure ! C’est par voie de...