Actualité de votre compagnie

Restez informés

Le futur Pôle régional français sera 100% Air France

LNN_1105203280.jpg

La société qui regroupera Brit'Air, Régional et Airlinair, sera entièrement contrôlée par Air France, qui va racheter les 60 % d'Airlinair détenus par Lionel Guérin. Le futur Pôle régional français (PRF), qui regroupera Brit'Air, Régional et Airlinair, n'aura pas d'autre actionnaire que le groupe Air France. Du moins à ses débuts.

La société qui regroupera Brit'Air, Régional et Airlinair, sera entièrement contrôlée par Air France, qui va racheter les 60 % d'Airlinair détenus par Lionel Guérin. Le futur Pôle régional français (PRF), qui regroupera Brit'Air, Régional et Airlinair, n'aura pas d'autre actionnaire que le groupe Air France. Du moins à ses débuts.

Pour l'heure, aucun investisseur extérieur, privé ou institutionnel, ne s'est en effet manifesté pour entrer au capital du PRF. Par ailleurs, Lionel Guérin, en charge du projet, devrait finalement vendre à Air France les 60,14% d'Airlinair qu'il détient, parallèlement à sa nomination au poste de PDG de la future compagnie de tête pour une durée minimale de cinq ans. Cette vente se ferait par étapes durant cette période de cinq ans et le prix final sera gagé sur les objectifs de résultats du futur PRF.

 

Annoncés aux représentants du personnel la semaine dernière, en attendant l'intégralité du projet qui devrait être dévoilé fin janvier, ces derniers développements sont un motif d'inquiétude supplémentaire pour certains représentants du personnel, qui redoutent de voir disparaître les spécificités de chaque compagnie au sein d'un nouvel ensemble, éventuellement externalisable.
Inquiétudes pour l'emploi
Le projet prévoit en effet la disparition des trois marques Brit'Air, Régional et Airlinair, au profit d'une nouvelle marque de la société de tête, dont la structure légale ne serait autre que celle d'Airlinair, basée à Rungis, et qui serait également détentrice du certificat de transport aérien. Cependant, le maintien des sièges sociaux des trois compagnies, ainsi que de leurs centres de maintenance, ne semble pas remis en question. De même, le siège du PRF serait installé près d'Orly, mais pas dans les locaux d'Airlinair.
Toutefois, le principal motif d'inquiétude reste l'impact social de ce regroupement, qui n'est pas encore chiffré. Si la future flotte commune devrait être réduite d'une dizaine d'appareils, sur un total de 93, le nombre total de postes potentiellement supprimés n'est pas encore connu. De même, les moyens de parvenir à l'objectif de 15% d'amélioration de l'efficacité économique, fixé par Air France dans le cadre du plan Transform 2015, ne semblent pas encore arrêtés.

 

source : AFP

À lire aussi

Air France

Les résultats viennent de tomber, le groupe Air France dégage un bénéfice net supérieur à...

Air Austral

|

Suite au Conseil de Surveillance du 31 janvier dernier, suivi d’un CSE extraordinaire le 5...

Frenchbee

|

L’année 2024 semble marquer une nouvelle ère pour FBU qui a fait son premier mois...

Air France

Ce 23 février, s’est tenue la 1ère réunion sur le partage de la valeur. Seuls...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement Long Courrier du mois de février 2024. La lecture complète...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement MC-CC du mois de février 2024. La lecture complète de...

Air France

Nous avons adressé ce 16 février un courrier à M. Eric Caron Directeur Général Adjoint...

Air France

L’accord NAO a été valablement ratifié. Il s’agit d’un accord « en central », c’est-à-dire...

Air France

|

A la demande du SNPNC un atelier "gestion paie" a été organisé avec l’ensemble des...

Air Austral

|

Il y a des habitudes qui ont la peau dure ! C’est par voie de...