Actualité de votre compagnie

Restez informés

PERFORM 2020 et maintenant nos GP : la déclaration de guerre de l’Entreprise à ses salariés est TOTALE !

2424-cover-cover-bandeau-bombe-3

La guerre dans l’Entreprise, c’est un conflit collectif. La Direction fait tout pour le provoquer : elle l’aura ! Il y a eu autrefois au sein de notre entreprise un temps pour le dialogue social, puis un temps pour la négociation. Nos dirigeants ont adapté une autre stratégie basée sur la manipulation :

– la peur, élément central pour faire accepter l’inacceptable, entretenue par des interventions directes et incessantes auprès des PNC (groupes de travail, boards de fin de stages, rencontres informelles jusqu’à l’écœurement).

– le passage en force systématique auprès de vos organisations professionnelles, sans aucun dialogue constructif, avec zéro concession et sur le mode gagnant perdant (les perdants étant les PNC).

Malgré les démentis de nos PDG nous avions identifié très tôt au SNPNC une politique d’attrition menée par nos dirigeants sans imagination. Le démantèlement d’Air France est bien leur seule stratégie, sous couvert d’un chantage à l’emploi permanent.

Ne vous leurrez pas, les efforts demandés ne s’arrêteront jamais et seront de plus en plus justifiés par le chantage à l’emploi. La seule question est de savoir si la peur l’emportera ou si l’esprit de combat sera plus fort. Au SNPNC cela fait longtemps que nous avons choisi notre camp. Si la responsabilité nous guide, la peur ne fait pas partie de notre langage.

Notre ACG se termine en Octobre 2016, l’Entreprise veut revenir sur sa signature pour le dégrader immédiatement. Que veut dire alors la signature d’un accord ? Comment dégrader notre ACG ? Dans un 1er temps, c’est assez simple, faire 100 à 150 heures en plus par an sur LC. Cela, on peut déjà le faire dans notre accord. Oui mais Air France voudrait que l’on vole plus sans que cela coûte plus cher. Vous l’aurez compris chers collègues, il s’agit de voler au taquet mais au MGA (minimum garanti). En scindant les MS systématiquement bien sûr. Et oui, nos responsables qui ne volent pas estiment que question fatigue nous en avons encore largement sous le pied. Qu’ils enchaînent 4 rotations LC tous les mois ou 4 étapes à 11h de TSV plusieurs jours de suite sur MC.

Voilà pourquoi le SNPNC ne se rend pas aux réunions Perform où il a été décidé de tondre le PNC.

Air France est une pompe à fric pour l’Etat, les taxes abusives représentent l’équivalent de 5 Transform 2015 chez le PNC. Tout comme les Bases Province ne gagneraient toujours pas d’argent si AF ne payait pas ses PNC et ses pilotes. L’Entreprise ne s’en sortira pas plus après un énième plan Perform, tant que l’Etat français ne prendra pas ses responsabilités et continuera à favoriser des compagnies du Golfe aux conditions de travail d’un autre âge.

Vous l’aurez compris les solutions sont ailleurs : auprès du Gouvernement, de l’Europe et par une volonté de nos dirigeants d’aller chercher la croissance et d’avancer avec ses salariés.

La haine de nos dirigeants envers leurs salariés est tellement ancrée qu’elle s’attaque une fois de plus symboliquement aux GP. Annoncée dans un flash actu, l’augmentation des GP a été confirmée par M. Broseta en InterGP jeudi 2 juillet.

Et cette fois-ci la note est salée, notamment pour tous les PN provinciaux qui utilisent massivement les GP pour venir travailler. Les basés province également qui s’ils doivent remonter auront une double sanction avec une augmentation d’environ 50% du R2. Oui vous ne rêvez pas, par l’intermédiaire d’une redevance que la boîte reporterait sur le prix des R2, R1 et RN, c’est une vingtaine d’euros d’augmentation sur un aller retour France. Environ 1000 euros par an de perte de pouvoir d’achat pour les PN provinciaux. Rajoutez une montée au terrain en plus par mois comme le rêve la Direction et le problème s’aggrave encore.

Cette déclaration de guerre pour un gain envisagé de recette d’environ 17 millions d’euros par an, bien loin du 1,13 milliard d’euros d’économie annoncé pour sauver l’entreprise. Cette mesure confirmée dans un flash actu et qui s’appliquerait dès le 1er septembre 2015, est donc une véritable provocation qui ne sauvera en aucun cas Air France, mais qui met d’ores et déjà le feu dans toute l’Entreprise, notamment chez les PNC dont la colère devient incontrôlable.

Alors Mesdames et Messieurs les Dirigeants, continuez à saigner vos salariés. Ces méthodes ont toujours conduit à des révoltes. Vos méthodes de peur et de chantage à l’emploi ne marchent pas. Vous êtes chaque jour plus nombreux chers collègues PNC à nous témoigner votre ras le bol et votre écœurement quant à la communication culpabilisatrice de nos responsables.

Le SNPNC appelle les Dirigeants d’Air France à revenir à la raison et à respecter leurs salariés. Une entreprise sans salariés motivés n’existe pas. Devant une Direction devenue sourde et sans limite, le SNPNC saura aussi faire la guerre.

PNC soyez prêts à vous mobiliser et soyez certains que nous ne laisserons pas quelques dirigeants de passage détruire notre belle compagnie que des femmes et des hommes ont construite depuis plus de 80 ans.

À lire aussi

Air Austral

|

Suite au Conseil de Surveillance du 31 janvier dernier, suivi d’un CSE extraordinaire le 5...

Frenchbee

|

L’année 2024 semble marquer une nouvelle ère pour FBU qui a fait son premier mois...

Air France

Ce 23 février, s’est tenue la 1ère réunion sur le partage de la valeur. Seuls...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement Long Courrier du mois de février 2024. La lecture complète...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement MC-CC du mois de février 2024. La lecture complète de...

Air France

Nous avons adressé ce 16 février un courrier à M. Eric Caron Directeur Général Adjoint...

Air France

L’accord NAO a été valablement ratifié. Il s’agit d’un accord « en central », c’est-à-dire...

Air France

|

A la demande du SNPNC un atelier "gestion paie" a été organisé avec l’ensemble des...

Air Austral

|

Il y a des habitudes qui ont la peau dure ! C’est par voie de...

Air Austral

|

Malgré une multitude de relances, plusieurs sujets sont toujours en souffrance ou ne s’améliorent pas...