Communiqué de Presse

Le SNPNC/FO, syndicat national qui représente les Hôtesses et Stewards des Compagnies aériennes françaises dénonce, le reportage sur les Compagnies Air France et Transavia et leurs personnels diffusé dans l’émission « Envoyé Spécial » du jeudi 11 juin sur France 2. Ce reportage comprend non seulement des erreurs et/ou mensonges explicites : notamment le fait que sur Airbus A320, les membres d’équipage PNC sont de 4, comme à Transavia, et non à 5 comme cela est affirmé, et implicites : le PNC d’AF effectue aussi 4 décollages/atterrissages quotidiens sur moyen-courrier, il ne manque pas de professionnalisme par rapport à ses homologues « exemplaires » de Singapore Airlines. Mais aussi, dans ce même reportage des propos diffamants comme le « j’m’en foutisme » prêté à une PNC AF en Cabine business et appelé à devenir une généralité. Le SNPNC/FO constate que la Direction d’Air France, qui n’a rien fait pour prendre la défense de ses salariés ni de son produit par rapport à un reportage tourné il y a plus de 6 mois, est au minimum co-responsable des effets dévastateurs qu’il produit sur son image dans l’opinion.

Le SNPNC/FO dénonce la méthode récurrente de la Direction d’Air France consistant, à chaque fois qu’elle veut dégrader les conditions de travail et de rémunération de son personnel, à culpabiliser celui-ci aux yeux du grand public, méthode lui permettant de faire oublier qu’elle porte la plus forte part de responsabilité dans les difficultés rencontrées par la Compagnie. Le SNPNC/FO rappelle enfin que le PNC Air France a consenti il y a 2 ans des sacrifices de productivité à hauteur de 20% contre un engagement de la Direction à redresser la Compagnie, et qu’à ce jour une seule des parties a tenu ses engagements.

Le SNPNC/FO condamne la promotion de Akbar al-Baker PDG de Qatar Airways, au grade d’Officier de la Légion d'Honneur, des propres mains du Président de la République le vendredi 5 juin 2015. De l'aveu même du PDG d' Air France, nous rappelons que le Président de Qatar Airways, a tenu des propos tout à fait cyniques et infamants à l’égard des salariés de notre entreprise. Ce dernier a signifié à son homologue d'Air France s’agissant des 9 jours de grève des pilotes opposés en septembre 2014 à la délocalisation d'une partie de l’activité: " MR De Juniac, chez nous ce n'est pas possible, on les auraient tous envoyés en prison ".
Honorer l’auteur de tel propos sulfureux, de la plus haute décoration de notre pays, revient à dévaloriser celle-ci et à encourager les comportements antisociaux.

UNE RAFALE CONTRE NOS EMPLOIS. Depuis hier, toute la presse relie la vente d’avions Rafale au Qatar à la cession de nouveaux droits de trafic pour la compagnie aérienne Qatari en France qui devrait étendre sa toile aux aéroports de Lyon et Nice.

Les organisations syndicales représentatives d’Air France déclinent l’invitation d’Alexandre de Juniac Au lendemain du scrutin des élections professionnelles au sein d’Air France, les Organisations Syndicales qui viennent de recevoir la légitimité des salariés de l’entreprise ont décidé de refuser de se rendre à la convocation du Président Alexandre de Juniac lundi 16 mars.

Le SNPNC-FO qui représente les hôtesses et Stewards en France, a déposé un préavis de grève à la Compagnie easyJet.

Ce préavis couvre les dates du mercredi 31 décembre 2014 et du jeudi 1er janvier 2015.

Il est motivé par les revendications suivantes :

Paris aéroport Charles de Gaulle , le 22 décembre 2014

Le SNPNC-FO qui représente les hôtesses et Stewards en France, a déposé un préavis de grève à la Compagnie easyJet.

Ce préavis couvre les dates du jeudi 25 décembre 2014 et du vendredi 26 décembre 2014.

Il est motivé par les revendications suivantes :

LE SNPNC-FO et L’UNSA PNC EXIGENT LA FERMETURE DE LA DESSERTE DE CONAKRY

L’Intersyndicale PNC qui regroupe les syndicats SNPNC-FO et l’UNSA PNC vient d’écrire au Secrétaire d’Etat chargé des Transports afin d’obtenir la fermeture de la ligne de Conakry, capitale de la Guinée jusqu’à ce que l’épidémie du virus Ebola soit complètement maîtrisée.

Alors que l’explosion de l’épidémie en Guinée est reconnue tant par l’Organisation mondiale de la santé que les Chefs d’Etat des grandes puissances, l’Intersyndicale PNC dénonce la scandaleuse obstination de la Direction d’Air France à maintenir des vols à destination de Conakry en fournissant comme protection à ses hôtesses et stewards une simple paire de gants.

L’Intersyndicale PNC considère qu’un refus de fermer cette ligne entraînerait un risque grave de propagation de l’épidémie, notamment dans notre pays.

Les syndicats SNPNC/FO et UNSA PNC demandent l’abandon immédiat du projet de création de Transavia Europe qui a pour but de mettre en place des bases en Europe avec du personnel sous contrat de droit local et qui a donc pour conséquence la délocalisation d’emplois français, notamment PNC.

Alors que plusieurs évènements d’ordre sécuritaires et sanitaires (conflit au Moyen-Orient, épidémie du virus Ebola en Afrique) constituent un péril pour ses salariés, Air France choisit, contrairement à d’autres Compagnies majeures, de poursuivre la desserte de certains pays où les dangers sont avérés. Négligeant les risques encourus par ses hôtesses et stewards ainsi que leurs familles et proches, Air France bafoue par ailleurs le Code du travail en refusant de reconnaître un droit de retrait à son Personnel navigant.Ce droit de retrait est pourtant acquis à tout travailleur en France dès lors qu’il estime qu’il a un motif raisonnable de penser que sa situation de travail présente un danger grave et imminent. L’injonction de l’Inspection du travail à respecter ce droit fondamental n’a pas infléchi à ce jour la position d’Air France.

Le SNPNC-FO accueille favorablement l’adoption définitive le 26 juin 2014 par le Parlement de la proposition de loi « Savary » relative au détachement de travailleurs et à la lutte contre le travail illégal. LIRE LA SUITE