Actualité de votre compagnie

Restez informés

Rotation BEY : ce que nous préconisons

2586-cover-beyrouthe

AF vient d’obtenir pour la troisième fois  (15 décembre 2015, 6 janvier 2016 et 19 janvier 2016) de la Direction Générale de l’Aviation Civile une dérogation lui  permettant d’effectuer la rotation CDG/BEY/CDG sans découcher. Cette dérogation a pour effet d’augmenter le Temps de service de vol (TSV) maximum prévu dans notre Accord collectif de 25 minutes ainsi que d’augmenter le Temps de Vol Total (TVT) de 25 minutes.
Ces dérogations, avant d’être validées par l’Administration, ont été toutes signées par la seule Organisation UNAC/CGC. Celle-ci vient récemment de justifier sa position en soutenant qu’elle était la meilleure. L’objet n’est pas ici de polémiquer, mais d’expliquer notre désaccord et notre position sur le sujet.

Le SNPNC  est favorable à la mise en place d’un second équipage, qui partirait sur la rotation en même temps que l’équipage en fonction, l'aller retour se faisant dans la foulée. Plusieurs raisons nous ont conduits à ce choix.

D’abord c’est bien la solution retenue par notre Accord collectif, avant qu’AF décide, pour des raisons d’économies, de ne faire partir qu’un équipage, avec un découcher. Aujourd’hui, affirmer que ce choix est la seule alternative à la dérogation est une contre-vérité.

Justifier ensuite  ces trois dérogations successives par le caractère exceptionnel de la situation géopolitique est pour le moins spécieux, ceci ne constituant qu’un prétexte : à ce niveau, l’exceptionnel est banalisé puisqu’au 1er février, le Beyrouth quotidien version UNAC aura été effectué depuis un mois et demi et il n’est pas dit que cela ne continuera pas pour le mois de mars.

Par ailleurs, AF laisse entendre qu’il y a un sureffectif PNC (donc AF ne paye que les RADD composition équipage). La solution préconisée permet de contribuer à y pallier.

Nous considérons que notre rôle est de veiller au respect des maximas prévus par notre Accord. A l’heure où celui-ci va être renégocié, banaliser un dépassement du TSV et de TVT crée un dangereux précédent que ne compensent pas les « contreparties » accordées par la dérogation (1 PNC supplémentaire et 1 jour de RADD qui sera perdu lorsque ce vol sera standardisé). Ajoutons que d’autres dessertes en Afrique peuvent aussi être considérées comme « à risques », la dérogation que nous contestons pouvant être déclinée sans modération.

Concluons sur la desserte de Beyrouth : ou il y a danger, et c’est le maintien de cette destination qui doit être remis en cause, ou ce n’est pas le cas, et l’on ne comprend pas pourquoi il faudrait déroger à notre accord pour s’y rendre.

À lire aussi

Frenchbee

|

L’année 2024 semble marquer une nouvelle ère pour FBU qui a fait son premier mois...

Air France

Ce 23 février, s’est tenue la 1ère réunion sur le partage de la valeur. Seuls...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement Long Courrier du mois de février 2024. La lecture complète...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement MC-CC du mois de février 2024. La lecture complète de...

Air France

Nous avons adressé ce 16 février un courrier à M. Eric Caron Directeur Général Adjoint...

Air France

L’accord NAO a été valablement ratifié. Il s’agit d’un accord « en central », c’est-à-dire...

Air France

|

A la demande du SNPNC un atelier "gestion paie" a été organisé avec l’ensemble des...

Air Austral

|

Il y a des habitudes qui ont la peau dure ! C’est par voie de...

Air Austral

|

Malgré une multitude de relances, plusieurs sujets sont toujours en souffrance ou ne s’améliorent pas...

Air France

|

Voici la check-list SNPNC de janvier 24. Retrouvez ici toutes les infos issues des réunions...