Actualité de votre compagnie

Restez informés

SNPNC UNSA : FTL mensonges, esclavagisme et trahison

1881-cover-capture_decran_2013-06-18_a_13.02.21

Voici un exemple de rotation, parmi tant d’autres, autorisée par cette future règlementation européenne sur nos conditions de travail: PARIS – BANGKOK – SAIGON – PHNOM PENH, suivi d’un retour immédiat en MEP SAIGON – BANGKOK – PARIS. Soit un TSV de 17h55 en 3 étapes pour un temps de travail global de 41 heures et 45 minutes consécutives !!!! Noter qu’une MEP dans la foulée ne comptera plus dans le TSV mais seulement dans le « temps de travail »

Voici un exemple de rotation, parmi tant d’autres, autorisée par cette future règlementation européenne sur nos conditions de travail: PARIS – BANGKOK – SAIGON – PHNOM PENH, suivi d’un retour immédiat en MEP SAIGON – BANGKOK – PARIS. Soit un TSV de 17h55 en 3 étapes pour un temps de travail global de 41 heures et 45 minutes consécutives !!!! Noter qu’une MEP dans la foulée ne comptera plus dans le TSV mais seulement dans le « temps de travail »

Mensonges, esclavagisme et trahison sont les nouveaux maux de l’Aviation Civile… En mai 1927, Lindbergh traversait l’Atlantique en 33 heures et 30 minutes… quatre vingt six ans plus tard la « Sérénissime » Commission Européenne invente les règles permettant de réaliser cette traversée dans les pires conditions!

Les conclusions de l’Agence Européenne de Sécurité Aérienne (AESA = DGAC européenne) sur  les  limitations des temps de vol pour les Personnels Navigants européens, appelées aussi FTL (Flight Time Limitations) sont clairement et exclusivement orientées en faveur des « exploitants » aériens, ignorant volontairement les avis scientifiques et médicaux.

Dans ce nouveau règlement, les mesures proposées ne sont plus bâties par rapport à la norme, comme c’est le cas aujourd’hui mais sur l’exception, à partir de valeurs  maximales. Les règles édictées par l’Organisation Internationale du Travail et les chartes sociales européennes prévoient un équilibre entre l’activité professionnelle et les plages de repos associées. Les FTL ne nous donnent même pas le repos minimum prévu pour des salariés ayant une activité administrative.
Le métier de Navigant implique une pénibilité spécifique due au travail décalé, au travail de nuit, aux horaires de travail irréguliers voire imprévisibles, au décalage horaire, à la durée des vols, aux levers tôt, etc. Il est exercé dans un milieu bruyant et agressif, en position debout pendant pratiquement toute la durée du temps de travail. Au titre de cette forte pénibilité et de ces particularités nous devrions avoir une réglementation adaptée qui intègre des limitations inférieures à celles existantes dans les accords internationaux et européens. Lorsque le travail est réalisé en décalé ou de nuit, cela induit logiquement des compensations plus importantes.
Or non seulement ce n’est pas le cas mais nos conditions de travail et de repos sont dégradées par rapport aux activités sédentaires.

L’AESA avait pourtant mandaté une étude scientifique censée légitimer ces nouvelles règles. Les conclusions présentées par cette étude Moebus n’allant pas dans le sens escompté, l’AESA a refusé de prendre en compte ces conclusions      sur ordre des exploitants.

Ne nous leurrons pas, dans un contexte ultra concurrentiel,  il sera très difficile de lutter face à des compagnies qui pourront en toute impunité exploiter des salariés selon des normes proches de l’esclavagisme. Il faut savoir qu’Air France est d’ailleurs en pointe sur ce type de  revendications, aidée par ses « copains-coquins » de la DGAC et un « certain » commandant de bord à la retraite.

Pour comprendre pourquoi ça va mal,  il suffit  d’écouter les auditions de Matthew Baldwin, Directeur du secteur « Aviation et Questions Internationales des Transports » à la Direction Générale « Mobilité et transports » de la Commission européenne, anglais, plus ‘thatchérien’ que Margaret Thatcher ou de Jean-Marc Cluzeau, responsable à l’AESA du groupe de travail pour ce futur règlement, français, ex-salarié d’Air France, docteur « Folamour » de cette nouvelle règlementation.

http://www.europarl.europa.eu/ep-live/fr/committees/video?event=20130319-1530-COMMITTEE-TRAN&category=COMMITTEE&format=wmv

L’arrogance de M. Baldwin, ses certitudes, son idéologie dépassent l’entendement et il répète à longueur de réunion que ce projet est globalement positif. En effet, quand on est un technocrate coupé des réalités à la botte des directions des compagnies aériennes, il est à la fois simple et plus que juteux de défendre l’indéfendable.
M. Baldwin n’a pas pour ambition d’améliorer la vie des Personnels Navigants mais bien de servir ces « maitres » qui le dirigent.  YES MASTER !!!
Il fait semblant d’ignorer que la règlementation proposée est l’alignement des limitations les plus hautes des temps de vol et les plus basses des temps de repos.

Le SNPNC et l’UNSA PNC par l’intermédiaire de leur affiliation à ETF (European Transport Workers’ Federation) travaillent depuis plusieurs années sur ce dossier essentiel pour l’avenir de notre corporation.
Quatre personnes sont détachées à plein temps sur ces sujets européens et mènent un travail important de contact auprès de nos députés afin de les sensibiliser sur l’importance et les conséquences de leur vote à la rentrée parlementaire.
Nous sommes aujourd’hui arrivés à une phase très importante du processus, car dès septembre, le sort de notre profession risque d’être scellé si rien ne change !

La centrale CGT, membre également d’ETF, affiche un silence assourdissant voire bienveillant. Elle doit maintenant exprimer clairement son positionnement au niveau européen par rapport à ce texte si elle ne veut pas se retrouver complice de ce massacre. A ce jour, le syndicat anglais UNITE, devenu une véritable Amicale Associative de la Commission, semble favorable à ce projet.

Prenons bien conscience des enjeux qui se jouent actuellement à Bruxelles.
Si ce texte est voté, voici un échantillon de nos futures nouvelles règles d’utilisation :

• Durée du repos égale au temps de travail précédant. 1 heure de travail est égale à 1heure de repos de jour comme de nuit !!!

• Possibilité de Repos réduits à 10h en escale comme à la base d’affectation quelque soit le temps de vol précédent.

• 15 heures de travail sans pause repas, ni poste repos à bord.

• Possibilité d’avoir les repos périodiques et sociaux positionnés en escale

• 10 étapes par TSV sur Moyen-Courrier

• Non prise en compte de la totalité des heures effectivement travaillées dans les limitations de temps de travail quotidien

• Des ‘Réserves’ d'une durée de 16 heures

Pour le SNPNC et l’UNSA-PNC, ce projet reste inacceptable tant au niveau social qu’en matière de sécurité des vols. Sous couvert de sécurité, les fonctionnaires de la Commission européenne cherchent à endormir et à flouer nos euro-députés en leur demandant de légiférer sur des règles basées exclusivement sur les planchers les plus bas et d’organiser ainsi le démantèlement de l’ensemble des règlementations nationales et des accords d’entreprise dans le transport aérien.

La Commission Européenne veut légaliser le dumping social

L’heure est à la révolte…

À lire aussi

Air France

La première réunion de discussion s’est tenue ce jour, vendredi 17 mai. Pour rappel, seules...

SNPNC

SNPNC

Ce vendredi 17 mai est la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et...

Air France

|

Le temps alterné “retraite” est un aménagement du temps de travail accordé par l’employeur. Il...

Air France

|

Voici la check-list SNPNC de Mai 24. Retrouvez ici toutes les infos issues des réunions...

Air Austral

|

Chers collègues, nous pouvons enfin mettre un point final à cette saga qui dure depuis...

Air Austral

|

Chers collègues, hier s’est tenu un rendez-vous crucial dans les négociations sur un Accord de...

Vueling

Chers / Chères PNC, vous avez récemment reçu un mail de Vueling, destiné à vous...

Vueling

Le SNPNC-FO maintient son préavis à l’heure actuelle pour les journées des 8 au 12...

Air Austral

|

Nous avons affaire à une réelle pièce de théâtre, une dramaturgie mise en scène par...

Air France

|

Compte rendu SNPNC du Comité hébergement MC-CC du mois d’avril 2024. Pour rappel vos retours...