Actualité de votre compagnie

Restez informés

Tract SNPNC UNSA PNC : PNC défendons notre avenir !

2202-cover-intersyndicale-avenir-pnc

Le SNPL, syndicat majoritaire chez les pilotes de ligne  vient d’annoncer la levée de leur grève après l’échec de la négociation sur Transavia France. 4 jours avant, la Direction d’Air France, sous la pression d’une majorité de syndicat d’Air France dont L’intersyndicale PNC,  annonçait l’abandon de son projet de création de Transavia Europe.

PREMIER BILAN

Tout d’abord un constat rassurant : la menace de délocalisation brandie par la Direction du Groupe Air France/KLM semble être écartée. Pour la première fois depuis très longtemps, des salariés, des syndicats sont parvenus à mettre en échec la marche de l’ultra-libéralisme. Tous les jours on nous assène que  « la délocalisation est nécessaire, elle préserve les emplois du plus grand nombre ». (Comprendre les emplois de ceux qui ne sont pas délocalisés). Les ex-salariés de PSA à Aulnay ou de Goodyear à Amiens, malgré leur vaillance, peuvent en témoigner. Alors profitons de ce moment, mais restons lucides : AF n’a fait que remiser ses couteaux. Du temps a été gagné, c’est déjà beaucoup.

Si l’on parle, un peu, de la Direction, l’impression qui prédomine est celle d’un formidable gâchis. Il aura fallu 10 jours de grève pour que MM. de Juniac et  Gagey  comprennent  qu’on ne peut pas délocaliser l’emploi impunément, et de façon générale qu’on ne peut pas restructurer AF en l’imposant à son personnel, en passant en force. En choisissant de « payer pour voir », Alexandre de Juniac  et  Frédéric Gagey auront occasionné une perte financière colossale pour la Compagnie…

En tout cas, que la Direction d’AF ne vienne pas nous parler des dizaines et dizaines de millions perdus pour justifier d’une nouvelle cure d’austérité : elle sera bien reçue.

Pire encore, la Direction n’a reculé devant aucune bassesse pour discréditer et détruire un mouvement de salariés : ainsi mercredi 24 et jeudi 25 septembre 2014, elle a organisé une manifestation « spontanée » de membres du personnel au sol déprogrammés pour l’occasion de leurs tâches professionnelles.

Mouvement cornaqué par plusieurs Directeurs adjoints aux fins de  protester contre la grève des pilotes.

L’objet n’est pas ici de jeter le discrédit sur de nombreux participants à qui on n’a pas demandé leur avis pour les envoyer dans ce glorieux cortège, mais bien de crier au fou.

En effet, comment la Direction envisage-t-elle, après n’avoir eu de cesse d’opposer entre elles les catégories professionnelles, la reprise du travail ? Il va être compliqué de plaider l’unanimisme, la grande famille, la solidarité. On a hâte de lire la com’ de ceux qui viennent de dresser les salariés les uns contre les autres. Quelle ambiance à la maison…

ET MAINTENANT ?

L’après conflit  ouvrira inéluctablement de nombreux chantiers. En premier lieu, celui du développement de Transavia France qui pose conjointement  les problèmes de son périmètre, lié par nature à celui du court/moyen courrier en propre d’Air France, ainsi que le traitement de son personnel. Car on peut bien gager sans risque que nos Dirigeants Responsables, surtout s’ils restent en place, vont vouloir faire payer à tous les salariés et notamment aux PNC la facture des gabegies auxquelles ils se sont livrés.

Que cela soit très clair : les PNC ont déjà payé la facture avec Transform 2015. La Direction doit désormais renoncer à précariser nos emplois, à sabrer nos conditions de travail, et nos salaires. Qu’elle renonce à "performer 2020" en quelque sorte …

Les PNC ne feront PAS d’autres efforts. Nous avons beaucoup de contreparties à obtenir et qui restent  sans réponses à ce jour !

Nous exigeons donc prioritairement des engagements concrets sur la garantie des emplois PNC  car la montée en puissance de Transavia France et Hop aura inévitablement des dommages collatéraux sur le périmètre du CC, du MC et des Bases Province qui vont engendrer un  sureffectif important des PNC Air France. Le discours de l’entreprise qui consiste à garantir un non transfert de PNC n’est  donc pas recevable et la prétendue absorption de ce sureffectif par la croissance du Long Courrier peu crédible au vu du contexte économique actuel.

Mais si la problématique du développement de Transavia domine l’actualité, il n’en reste pas moins que les PNC d’Air France attendent des réponses sur un grand nombre d’autres sujets.

Dans les semaines qui viennent, le SNPNC et l’UNSA PNC porteront donc une liste complète de revendications sur lesquelles nos adhérents seront amenés à se prononcer :

– La rémunération
– La création d’un collège et d’une convention nationale PNC
– Les compositions équipages
– Stabilité des plannings et pénibilité
– Les GP

NOUS AVONS  CONTRIBUÉ  PAR NOS ÉFFORTS A LA BAISSE DES COÛTS DU GROUPE AIR FRANCE, L’ENTREPRISE N’AURA PAS D’AUTRE CHOIX MAINTENANT QUE DE PRENDRE EN COMPTE  LE RAS LE BOL DES PNC.

À lire aussi

Vueling

Sensibilisation et de Dénonciation du Harcèlement Sexuel par des Supérieurs Hiérarchiques. Le harcèlement sexuel par...

Air France

Le SNPNC réitère sa demande de suspension de la desserte de TLV. Rappel des faits...

Air France

|

Pour préparer au mieux la Rentrée scolaire 2024 de vos enfants, vos élus au Bureau...

Air France

|

Grâce à la gestion saine du Bureau du CSE Lignes, vos élus ont pu décider...

Air France

|

Monsieur le Président, Au nom des PNC que nous représentons, L’Intersyndicale UNSA/SNPNC interpelle la Direction...

Air France

|

Les jours et les plages d’ouverture de l’Escale CSE Lignes Roissy changent. Pour vous permettre...

Air Austral

|

Nous venons de recevoir aujourd’hui l’Accord de Performance Collective signé par l’ensemble des Organisations Syndicales...

Amelia

|

Retrouvez les actualités de la section SNPNC-FO Amelia de mai 2024. La lecture complète de...

Air France

La première réunion de discussion s’est tenue ce jour, vendredi 17 mai. Pour rappel, seules...

SNPNC

SNPNC

Ce vendredi 17 mai est la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la transphobie et...