Actualité de votre compagnie

Restez informés

Air Austral se recentre sur les lignes vers Paris et Mayotte

1069-cover-20120521-equipe_directoire_aa

Pour éviter le dévissage, la compagne présente un Plan d’économie qui donne une idée sombre du sas de décompression à venir, passage obligé pour séduire de nouveaux les banques et les investisseurs. Les villes de Lyon, Toulouse, Nantes, Bordeaux et Marseille ne seront plus desservies.

Pour éviter le dévissage, la compagne présente un Plan d’économie qui donne une idée sombre du sas de décompression à venir, passage obligé pour séduire de nouveaux les banques et les investisseurs. Les villes de Lyon, Toulouse, Nantes, Bordeaux et Marseille ne seront plus desservies.

 

Après avoir décrit il y a deux jours au Conseil de  surveillance et à l’ensemble de son personnel l’état des lieux  sinistré de la compagnie Air Austral dont il vient d’être nommé  président directeur général, Marie-José Malé est venu à Mayotte  pour rencontrer le préfet Thomas Degos et le président du Conseil  général Daniel Zaïdani et informer le grand public des changements  opérés sur les lignes.

Car, rendu public depuis le mois de décembre, le  trou d’air que traverse Air Austral a nécessité la mise en place  d’un Business Plan, plan de développement qui formalise les  objectifs de développement de l’entreprise. « Le résultat  d’exploitation sur la période fiscale 2012-2013 (d’avril à  mars) sera négatif pour 48 M d’euros, soit 12% de notre chiffre  d’affaire qui avoisine les 400 M d’euros. Les réseaux  déficitaires sont sur l’Océanie et Nouméa, ainsi que les lignes  vers la province. Elles étaient compensées jusqu’à présent par  la liaison bénéficiaire sur Roissy (CDG, Charles de Gaulle), mais  affaiblie par la situation économique générale ».

Les liaisons régionales tiraient également  l’activité vers le haut. « L’achat d’avions a  provoqué un accroissement des emprunts et les impayés vers les  fournisseurs se montent à 38 M d’euros à fin mars 2012 ».  La trésorerie s’en ressent avec un solde négatif de 8,4 M  d’euros, « contre 29,8 M d’euros au 31 mars 2011 ! ».  Voilà pour l’état des lieux dressé par Marie-José Malé qui  rajoute en outre que le dialogue social était inexistant au sein de  l’entreprise. Rappelons qu’il remplace depuis un mois maintenant  à la tête de la compagnie Gérard Ethève, 84 ans, qui avait créé  Air Austral en 1974.

Et pour les quatre hommes membres du directoire,  présents ce samedi matin à l’agence Issoufali, le calcul est vite  fait : « sur la desserte de Marseille, la plus  demandée, nous remplissons 56.000 coupons par an pour un B 777 de  90.000 sièges, soit un remplissage de 62% là où l’équilibre est  atteint à 95%, avec un coût moyen par passager de 500 euros ».  Exit donc la province, pour développer la ligne qui fait vivre la  compagnie : « La Réunion-Paris où nous maintenons les  sept liaisons habituelles, auxquelles nous rajoutons cinq vols de  jour avec un départ à 11h de La Réunion et un retour de nuit  depuis Paris. Nous améliorons ainsi la productivité de la flotte »  signale Gabriel Pinelli, directeur général adjoint en charge des  opérations d’exploitation et de maintenance. La desserte vers  Bangkok est maintenue avec un avion plus petit, B 737-800, ce qui  nécessite une escale technique en Inde.

Le Boeing 777-200 LR qui devait assurer une desserte sans escale Dzaoudzi-Paris, remise en cause depuis
Quand le sandwich remplace le foie gras

Le nombre de vols par semaine sur la desserte La  Réunion-Paris passe donc de 137 à 142, et Mayotte n’est pas  oubliée : « à partir du 28 octobre, le vol quotidien  Réunion-Mayotte sera doublé par 3 vols par semaine, dont un en  B777-200LR avec une correspondance courte de 1h30 à St Denis sans  changement d’avion, alors les deux autres nécessiteront un  transfert vers un autre appareil que le B777-300 qui ne peut faire de  demi-tour sur les raquettes mahoraises », en l’état  actuel de la piste bien sûr.

Pour Jean-Marc Grazzini, directeur général adjoint  en charge du commercial, une exigence cependant : « un  départ ponctuel depuis Mayotte pour assurer les correspondances  ! », appuyé par Didier Salin, responsable de l’agence  Air Austral locale : « la problématique de la barge  incite à flirter avec les horaires d’enregistrement… il faudra  désormais se présenter 3 heures avant ».

Quatre avions longs courriers seront gardés, « mais  nous vendons un B777 200 ER et un B777 200 LR qui aurait du nous être  livré dans les jours qui viennent ».

Il n’y aura pas de licenciements de personnel au  sein de l’entreprise qui emploie un millier de personnes, mais 50  contrats d’hôtesses et stewards ne seront pas renouvelés.

Le business plan intègre les possibles  détériorations du taux de change euro/dollar, et un accroissement  du prix du baril de pétrole, et propose toute une série de mesure  de restriction des dépenses, dont le gel des embauches, la  diminution de la consommation de carburant ou la renégociation des  contrats fournisseurs, portant ainsi le résultat net de – 26,7 M  d’euros en 2012-13 avec un chiffre d’affaire (CA) de 372 M  d’euros, à un résultat de 12,7 M d’euros en 2013-14 avec un CA  de 364,8M d’euros.

Mais il faut surtout que la compagnie renforce ses  fonds propres notamment en attirant de nouveaux actionnaires, but de  ce Business plan.

Les économies se sont déjà fait sentir avec un  plateau repas réduit à un mini sandwich et sa maigre portion de  jambon, sur la liaison Mayotte-Saint Denis. Or c’est justement sur  ces prestations que la compagnie faisait la différence avec sa  concurrente Corsair. Cela n’a pas l’air d’inquiéter Jean-Marc  Grazzini : « nous pensons que le passager sera attentif  à une desserte assurée tous les jours, c’est un véritable  service rendu à la clientèle. Et la concurrence est toujours  nécessaire ! ».

La volonté de se recentrer sur la région passe par  une coopération avec Air Seychelles mais aussi avec Air Mauritius et  Air Madagascar, toutes deux partenaires d’Air France. Air France  qui n’est ainsi plus concurrencée sur ses dessertes en province,  ce qui incitait Tour Mag.com à conclure sur un rapprochement de la  compagnie avec Air Austral, surtout que Marie-José Malé est  précisément un ancien cadre supérieur d’Air France.

source : http://www.malango-actualite.fr/article/mayotte-air_austral%C2%A0se_recentre_sur_les_lignes_vers_paris_et_mayotte-8648.htm

À lire aussi

Air France

Les résultats viennent de tomber, le groupe Air France dégage un bénéfice net supérieur à...

Air Austral

|

Suite au Conseil de Surveillance du 31 janvier dernier, suivi d’un CSE extraordinaire le 5...

Frenchbee

|

L’année 2024 semble marquer une nouvelle ère pour FBU qui a fait son premier mois...

Air France

Ce 23 février, s’est tenue la 1ère réunion sur le partage de la valeur. Seuls...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement Long Courrier du mois de février 2024. La lecture complète...

Air France

|

Compte rendu du Comité hébergement MC-CC du mois de février 2024. La lecture complète de...

Air France

Nous avons adressé ce 16 février un courrier à M. Eric Caron Directeur Général Adjoint...

Air France

L’accord NAO a été valablement ratifié. Il s’agit d’un accord « en central », c’est-à-dire...

Air France

|

A la demande du SNPNC un atelier "gestion paie" a été organisé avec l’ensemble des...

Air Austral

|

Il y a des habitudes qui ont la peau dure ! C’est par voie de...