SNPNC

As part of its work for the recognition of the aerotoxic syndrome, the SNPNC has approached the ATC, the Association of Toxicology and Chemistry of Paris (www.atctoxicologie.fr) to participate in the drafting of a scientific article describing the aerotoxic syndrome, the process of cabin air contamination, symptoms and possible means of preventing.


A.T.C is made up of whistleblowers, scientists and volunteers. This association has participated in the revelation of the scandals of asbestos and Dioxin.

La CRPN a simplifié les modalités de création de l’espace personnel. L’envoi du code confidentiel par courrier postal est remplacé par l’envoi d’un mail d’activation.

En 2015, trois centrales syndicales (la CFDT hébergeur de l’UNPNC, la CGC hébergeur de l’UNAC et la CFTC) ont signé avec le patronat un accord prévoyant de fusionner les régimes de retraite complémentaire AGIRC et ARRCO à compter du 1er janvier 2019 (*).

Roissy, le 26 novembre : Réaction au reportage de france 2 à propos des hôtesses et stewards JOON

Dans le cadre de son travail pour la reconnaissance du syndrome aérotoxique, le SNPNC s’est rapproché de l’ATC, l’Association de Toxicologie et de Chimie de Paris (www.atctoxicologie.fr) afin de participer à la rédaction d’un article à vocation scientifique décrivant le syndrome aérotoxique, le processus de contamination de l’air en cabine, les symptômes et les moyens de prévention possibles.

Comme tous les salariés du privé, les navigants cotisent, pour leur retraite de base, au régime général de la sécurité sociale (géré par la CNAV).

Le système de retraite français, tel qu'il existe aujourd'hui, s'est mis en place progressivement depuis 1945. Au total, la France a hérité de son histoire une quarantaine de régimes de retraite (régimes de base, régimes complémentaires, régimes spéciaux et régimes additionnels confondus).

 

Roissy, le 28 septembre 2018

Alors que les hôtesses et stewards belges, italiens, hollandais, espagnols et portugais de RYANAIR sont aujourd’hui en grève pour l’obtention de contrats de travail relevant de leur pays de résidence, M. O’LEARY déclare à qui veut bien l’entendre que les mouvements sociaux au sein de sa Compagnie seraient le fruit d’un complot mené par les Directions de ses concurrents.